#SouthWomenBridges

Les ponts des femmes

Propositions depuis le sud pour un changement global


Résumé des conclusions

Résumé des conclusions du sommet international

LES PONTS DES FEMMES. PROPOSITIONS DU SUD POUR UN CHANGEMENT GLOBAL

 

1 ÉGALITÉ JURIDIQUE, DROITS POLITIQUES ET PARTICIPATION À LA VIE PUBLIQUE

Coordinatrices : Julia Duncan et Meaza Ashenafi

1.1 Le principe de l’égalité des genres, y compris l’interdiction de la discrimination fondée sur le genre, le sexe, l’orientation sexuelle ou l’identité de genre, devrait être formulé en tant que principe fondamental du droit international et national.

Nous exigeons la pleine mise en œuvre des dispositions juridiques internationales et nationales qui proclament ce principe. Même dans les pays où l’égalité juridique existe, l’égalité réelle n’a pas été atteinte.

1.2 Ratification des traités internationaux existants sur les droits des femmes. Ces traités servent à renforcer le pouvoir des femmes et la société civile dans son ensemble.

1.3 Abrogation des lois et politiques discriminatoires qui restent en place dans un trop grand nombre de pays.

1.4 Adoption de lois qui promeuvent l’égalité des genres, en mettant l’accent sur l’intersectionnalité. Nous exigeons un financement adéquat pour les politiques sensibles au genre. Mise en place de mécanismes de suivi et de contrôle pour assurer la mise en œuvre des lois et des politiques ainsi que la responsabilisation.

Nous devons non seulement viser à atteindre l’égalité juridique, mais aussi à promouvoir des politiques publiques sensibles au genre qui répondent au principe de l’intégration de la dimension de genre et qui sont largement financées.

Tant les lois que les politiques publiques doivent relever le défi de parvenir à une égalité réelle dans les principaux domaines qui sous-tendent la vie des femmes : droits politiques, éducation, santé (y compris la santé mentale), droits sexuels et reproductifs, lutte contre la violence sexiste et la violence sexuelle, accès à la terre et accès au travail, entre autres.

1.5 Combattre toute tentative de faire reculer la reconnaissance des droits des femmes. Toute stratégie visant à discréditer et à saper les mouvements féministes doit être résolument rejetée.

1.6 Élimination des traditions et des pratiques qui vont à l’encontre des droits des femmes. Ces pratiques ne sont pas de la culture. Ce sont des violations des droits de l’Homme. Pour éliminer ces pratiques néfastes, il ne suffit pas de promulguer des lois les interdisant, il est nécessaire d’adopter d’autres mesures telles que le dialogue avec les dirigeants communautaires et religieux, la sensibilisation et l’éducation des membres des communautés locales, y compris les hommes. L’application de la loi par le pouvoir judiciaire pourrait également être essentielle.

1.7 Promotion de la participation politique des femmes. Les lois électorales devraient établir des quotas qui garantissent la participation politique des femmes. Nous devons aspirer à la parité. Rien de moins.

La participation des jeunes femmes à la vie politique devrait être spécifiquement encouragée. Création d’alliances intergénérationnelles qui rassemblent des femmes plus jeunes et d’autres plus âgées.

1.8 Élimination de toutes les formes de violence politique à l’égard des femmes.

La violence politique à l’égard des femmes doit être évitée, poursuivie et punie de manière adéquate. Toute forme de violence politique à l’égard des femmes doit cesser.

 

2 PROTECTION SOCIALE ET BIENS PUBLICS

Coordinatrices : Otiko Afisah Djaba et Nana Oye Bampoe Addo

2.1 Idées générales

Il existe trois axes/composantes fondamentales du bien-être qui sont la santé (y compris le droit à la santé sexuelle et reproductive), l’éducation et l’emploi ou l’accès aux revenus. Le bien-être des femmes est affecté par le manque de ressources pour répondre à des besoins très fondamentaux tels que la nourriture, l’eau, l’éducation et le logement. Cela peut être lié au concept de sécurité humaine (vivre sans peur et sans besoins).

La sécurité personnelle et l’autonomie des femmes (sous le paradigme de la sécurité humaine), y compris le choix de qui épouser et combien d’enfants avoir, est l’un des plus grands défis qui entravent également le bien-être des femmes. Cette situation est aggravée par le manque d’éducation et des services en matière de santé reproductive, y compris la planification familiale, qui pèsent sur les femmes qui ont des enfants non planifiés.

Nous devons reconnaître l’importance de la santé mentale et la nécessité d’accorder une attention particulière aux affections psychologiques et psychiatriques qui touchent les femmes.

Dans la situation actuelle en matière de sécurité mondiale, nous devons veiller à ce que l’augmentation des dépenses militaires ne compromette pas les investissements dans les politiques sociales.

2.2. Interventions proposées :

Protection sociale, politiques sensibles au genre, action positive, budgets en faveur des pauvres et du genre, technologie, soutien des agences régionales africaines et internationales et des donateurs, soutien accru aux acteurs non étatiques et aux organisations de la société civile œuvrant pour l’égalité des genres.

Pour que les femmes en Afrique transforment leur vie, les gouvernements doivent fournir « une attention immédiate, obligatoire et soutenue » par le biais de politiques délibérées tenant compte du genre, de la protection sociale des femmes pauvres et vulnérables et d’interventions juridiques.

Les femmes, par des efforts concertés, doivent s’organiser pour être au centre de ces interventions.


  GOUVERNANCE ET DÉFIS MONDIAUX

Coordinatrices : Edith Kah Walla et Jestina Mukoko

3.1 Gouvernance au niveau national : Constitutions, élections, responsabilité et corruption

Constitutions

On peut dire que la question de la gouvernance est basée sur le constitutionnalisme, car de nombreuses structures et processus sont énoncés dans la loi suprême. Alors que de nombreux pays africains ont investi dans des processus d’élaboration des constitutions par leur peuple, ce qui est triste, c’est qu’il y a eu une vague de politiciens profitant de leurs positions et de leur pouvoir pour modifier les constitutions à leur propre avantage et pour consolider leurs larges pouvoirs. Certaines constitutions sont progressistes dans la mesure où elles sont claires sur l’égalité entre les hommes et les femmes, mais ce qui reste insaisissable, c’est l’application réelle. Il y a toujours des excuses.

Les élections, les femmes et la transformation du pouvoir

Aujourd’hui, dans de nombreuses régions du monde, les élections sont considérées comme un moyen par lequel des groupes d’élites s’emparent de l’État pour des intérêts spécifiques plutôt que pour des intérêts généraux.

De nombreux pays africains ont adopté des quotas qui ont permis aux femmes de se rapprocher de la parité dans les institutions législatives. Cependant, la demande de gouvernance des femmes à la base est la parité et plus encore. Les femmes recherchent une gouvernance qui place le bien-être humain en son sein. Avoir des femmes au pouvoir est une réussite, mais jusqu’à ce que le pouvoir se transforme pour servir le bien-être des êtres humains dans chaque décision prise, les femmes africaines n’auront pas atteint leur objectif.

Pour que les élections deviennent un moyen pour les citoyens d’exiger des responsabilités et de sélectionner réellement les gouvernants, pour que les femmes participent pleinement aux élections à tous les niveaux, il faut que les libertés fondamentales soient respectées, que les citoyens soient considérés comme les détenteurs du pouvoir ultime et que les élections soient conçues comme faisant partie d’un cadre général pour améliorer la gouvernance et permettre aux citoyens d’exercer leur pouvoir.

Responsabilité et rôle de la société civile

Les organisations de la société civile ont un rôle essentiel à jouer en travaillant sur les bases et en facilitant la bonne gouvernance et l’alphabétisation constitutionnelle. Malheureusement, l’espace réservé aux organisations de la société civile continue de se réduire, étant donné qu’elles sont considérées comme conflictuelles et trop exigeantes pour les dirigeants qui ne veulent que renforcer leur pouvoir et profiter des ressources.

Certains pays africains ont une longueur d’avance sur le reste du monde en ce qui concerne la participation des citoyens à l’élaboration des politiques et à la gouvernance. Malheureusement, ce type d’activistes reçoit très peu de soutien aux niveaux national, continental et international.

Des segments très larges de la société civile qui ne correspondent pas aux catégories avec lesquelles travaillent les donateurs internationaux restent également en dehors de l’espace civique. Il s’agit d’organisations qui regroupent un grand nombre de personnes et qui s’appuient sur les formes d’organisation traditionnelles et historiques de l’Afrique. Il s’agit notamment des associations de femmes du marché, des groupes informels d’épargne et de prêt (tontines), des groupes agricoles, des associations villageoises et autres. Ces groupes sont souvent ignorés par le panorama classique des ONG qui travaillent sur les questions de démocratie, de droits de l’Homme, de justice, etc.

La société civile offre l’un des plus grands espoirs pour la gouvernance en Afrique, car il existe d’énormes mouvements de base à travers le continent qui exigent une bonne gouvernance. Ces mouvements de base doivent être reconnus, soutenus et intégrés dans la prise de décisions aux niveaux national, continental et mondial, afin que la demande populaire de droits, de principes et de valeurs fondamentales ne soit pas étouffée par les élites qui contrôlent aujourd’hui l’État.

Corruption

Dans le domaine de la corruption, les citoyens africains et les citoyens de la communauté mondiale doivent s’unir pour exiger des gouvernements du monde entier et des gouvernements africains qu’ils mettent l’accent sur des domaines clés.

  1. Le respect de l’état de droit et la conditionnalité de la part des donateurs.
  2. Les droits de l’Homme en tant que composante nécessaire des entreprises multinationales.
  3. Suppression des paradis pour l’argent volé.

3.2 Gouvernance aux niveaux régional et interrégional.

Les États africains doivent assumer la responsabilité mutuelle de la prestation de services de base à leurs citoyens. L’Union africaine devrait disposer de quelques indicateurs de base sur lesquels les États membres doivent rendre des comptes : accès à l’eau, à l’électricité, aux soins de santé, à l’éducation… L’absence de progrès sur ces indicateurs devrait affecter les droits des États membres au sein de l’Union africaine. Les mécanismes d’examen par les pairs devraient être restructurés dans ce sens et devraient inclure la nomination et la dénonciation si les indicateurs clés ne sont pas respectés.

La participation à l’Union africaine ne devrait pas se limiter aux gouvernements. L’Union africaine concerne le peuple africain. Les organisations locales qui sont structurées et ont développé des synergies régionales doivent participer aux débats et à l’élaboration des politiques.

L’Afrique doit développer et encourager les échanges avec les autres continents du Sud global.

 

4 PAIX ET SÉCURITÉ POUR LES FEMMES ET LES FILLES – PAIX FÉMINISTE

Coordinatrices : Hibaaq Osman et Caddy Adzuba

4.1 La promesse de l’agenda « Femmes, paix et sécurité » n’est pas encore une réalité, mais elle pourrait l’être.

Plus de 20 ans après son adoption, « Femmes, paix et sécurité » devrait être très bien établi et institutionnalisé dans la diplomatie. Cet agenda demeure extrêmement important et précieux, mais la réalité de l’expérience des femmes et des filles dans les conflits démontre qu’il n’a pas encore été correctement mis en œuvre. Cela a un impact disproportionné sur l’Afrique, qui abrite actuellement 15 des 34 lieux de conflits actuels mondiaux. La violence sexuelle liée aux conflits demeure un problème grave et les survivantes ne reçoivent pas de soutien adéquat. La sécurisation de l’agenda l’a éloignée de ses racines en matière de droits de l’Homme. L’agenda des femmes et des enfants doit être axé sur la prévention et la résolution des conflits, et non pas sur le fait de rendre la guerre plus sûre pour les femmes et les jeunes filles. Nous devons revenir à ses racines dans les droits de l’Homme. Des progrès significatifs ont été accomplis en matière de sécurité et de santé au travail, mais une volonté politique et des ressources sont nécessaires pour que le programme soit correctement mis en œuvre et que les cadres de protection soient mis en pratique, notamment dans les conflits.

Recommandations possibles :

Les gouvernements ont pris des engagements, qui doivent être inscrits dans la législation nationale pour leur permettre de rendre compte de la mise en œuvre de la Convention 1325.

Exiger des quotas dans les institutions internationales. Avec un plus grand nombre de femmes aux postes de décision dans les organisations et structures internationales, il pourrait être plus facile pour les femmes de participer aux négociations de paix de haut niveau.

Accroître le soutien financier accordé aux organisations de femmes, qui sont des acteurs essentiels dans la mise en œuvre de l’Agenda WPS.

Envisager l’adoption de sanctions internationales contre les États qui ne respectent pas leurs engagements dans le cadre de l’Agenda WPS.

4.2 La participation pleine et effective des femmes à la société est fondamentale pour la paix et pour mettre fin à la violence contre les femmes et les filles.

L’exclusion des femmes de la prise de décision est liée à l’échec de la mise en œuvre de l’agenda WPS au niveau international et à la lenteur des progrès dans l’élimination de la violence à l’égard des femmes et des filles.

Nous devons refuser toute légitimité aux organes de décision dans lesquels les femmes ne sont pas représentées de manière adéquate. Par exemple, nous ne devrions pas accepter la légitimité d’une délégation de négociation dans un processus de consolidation de la paix qui n’inclut pas les femmes. C’est le cas en Syrie, au Yémen et en Ukraine.

4.3 L’appui aux femmes sur le terrain est essentiel

La société civile des femmes peut convertir les cadres internationaux, tels que les WPS, en un agenda local qui reconnaît les priorités et les besoins locaux et qui peut être pris en charge par la communauté. Les militantes ont assumé d’énormes responsabilités au sein de leur communauté et doivent être reconnues et soutenues, non seulement en termes de capacité, mais aussi en termes de bien-être. L’espace pour la société civile L’espace réservé à la société civile s’amenuise et les effets de la pandémie ont eu des répercussions sur la viabilité des groupes d’activistes.

4.4 La violence à l’égard des femmes et des filles n’est pas seulement une question de droit : c’est un problème culturel et social.

Pour mettre fin à la violence à l’égard des femmes et des filles, il faut s’attaquer aux pratiques sociales néfastes qui sous-tendent la violence et réformer les cadres juridiques qui permettent et cautionnent la violence.

L’élimination de la violence sexuelle liée aux conflits est l’un des piliers de l’agenda « Femmes, paix et sécurité ». Nous sommes encore loin du but. Il convient de tenir compte du point de vue des survivants. Envisager de créer de nouveaux mécanismes internationaux/nationaux et hybrides pour lutter contre l’impunité et veiller à ce que ces crimes fassent l’objet d’enquêtes, de documents, de poursuites et de sanctions.

Recommandations possibles : L’éducation visant à remettre en question les stéréotypes et les perceptions culturelles préjudiciables des femmes doit être au cœur de notre réponse à la violence contre les femmes et les filles.

 

5 ÉMANCIPATION ÉCONOMIQUE, TECHNOLOGIQUE, SCIENTIFIQUE ET NUMÉRIQUE

Coordinatrices : Ayat Mneina et Obiageli Ezekwesili

5.1 L’économie, la technologie et l’émancipation numérique présentent de grandes opportunités pour les femmes, mais nous devons être clairs sur la situation actuelle.

Bien que les femmes puissent être « représentées » dans la population active, elles sont souvent reléguées à des postes peu élevés, d’où la prédominance de faibles taux d’emploi formel. Seul un tiers des entreprises sont détenues par des femmes, mais la plupart sont des entrepreneures qui l’ont fait par nécessité.

5.2 Nous n’atteindrons jamais les objectifs de développement durable (ODD) de l’ONU si nous ne faisons pas tout ce qui est en notre pouvoir pour émanciper les filles et les femmes dans tous les aspects de notre société, y compris la science et la technologie.

Relever les défis liés au recrutement des femmes, à l’accès au crédit et aux services financiers mobiles, à l’héritage et à la propriété foncière des femmes, à des espaces de travail exempts de harcèlement, à la reconnaissance et à la dignité du travail de soin, au soutien (national et international) à l’innovation et à la participation des femmes aux carrières STEM et au secteur de l’innovation.

5.3 La technologie et l’espace numérique comme outils du patriarcat : un changement radical est nécessaire !

L’espace numérique est le moyen ultime utilisé pour perpétuer la discrimination et la violence à l’égard des femmes. La technologie ancrée dans le patriarcat opprimera toujours les femmes à moins qu’elle ne soit activement déprogrammée, par les femmes, pour les femmes et, dans notre cas, pour les femmes d’Afrique.

Nous devons veiller à ce que les algorithmes introduits dans les applications numériques ne contiennent pas de préjugés sexistes. La technologie numérique ne doit pas reproduire les préjugés et les stéréotypes qui nuisent aux femmes.

5.4. La technologie et la numérisation offrent d’énormes possibilités aux femmes africaines, qui peuvent être exploitées par des stratégies délibérées et intentionnelles qui les mettent en position de participer à l’expansion rapide de la composante numérique de l’économie mondiale, qui, selon les estimations de la CNUCED, pourrait atteindre 25 % d’ici 2030.

5.5. Il est tout aussi important de souligner les aspects positifs que les défis à relever pour éviter que les inégalités économiques, sociales et politiques entre hommes et femmes ne soient exacerbées par la technologie. Par exemple, la technologie commence à réduire l’écart d’accès aux services financiers grâce à la tendance croissante des FinTech en Afrique et à l’agenda d’inclusion. La productivité agricole de la plupart des femmes dans l’agriculture de subsistance commence à s’améliorer légèrement grâce aux services d’information sur les intrants, les produits et les marchés rendus possibles par la technologie.

5.6. En Afrique, les femmes représentent environ 30 % des professionnels de la technologie du continent. Le rapport West Africa Startup Decade 2020 de l’Afrique de l’Ouest de Techpoint Africa estime qu’entre 2010 et 2019, seulement 10 % des startups d’Afrique de l’Ouest ayant une femme comme cofondatrice ont levé plus d’un million de dollars. « Mais le pourcentage de leur présence est en hausse, ce qui peut être attribué, en partie, au fait que les femmes dans le secteur de la technologie ouvrent la voie aux générations futures pour surmonter « l’échelon brisé » de l’échelle des carrières. Il est clair que ces initiatives reposent en grande partie sur un système de soutien sain qui relie les femmes dans le domaine de la technologie, y compris un réseau plus large de professionnels Women in STEM travaillant à améliorer les compétences en matière de mentorat et de mise en réseaux.

5.7. Le gouvernement a un rôle essentiel à jouer en travaillant en partenariat avec le secteur des entreprises pour faire de la technologie le levier de transformation qu’elle peut être pour les femmes africaines, tous secteurs et frontières confondus.

 

En cours de construction

Amigos/as de la fundación