Stop Fistule / Libéria

DOMAINE DE LA SANTÉ

PAYS/VILLE: Liberia / Monrovia

DURATION: 2013 - 2019

Conclu

La fistule obstétricale est une conséquence des accouchements prolongés ou dans lesquels surgit un arrêt du travail. Les parturientes jeunes et accouchant de leur premier enfant représentent le groupe le plus susceptible d’en pâtir. L’agression sexuelle peut, de même, entraîner cette maladie. La composante sociale est très marquée dans cette maladie car elle entraîne en plus, pour la plupart des femmes malades, le rejet de la part de leurs familles et leurs communautés.

Selon les données des Nations Unies, deux à trois millions de femmes souffrent d’une fistule obstétricale, la plupart en Afrique, et l’on estime qu’entre 50 000 et 100 000 nouveaux cas sont enregistrés chaque année. La gravité de ce mal et les chiffres contrastent avec la grande méconnaissance qui existe dans la société à ce propos.

Le projet Stop Fistula, qui s’est conclu en 2019, s’est développé au Liberia depuis mai 2013, date de l’inauguration de l’Unité de fistule de la Fondation Mujeres por África à l’Hôpital Saint Joseph de Monrovia, à laquelle participèrent la présidente du Libéria, Ellen Johnson-Sirleaf, et la présidente de la Fondation Mujeres por África, María Teresa Fernández de la Vega.

L’objectif principal du projet Stop Fistula a été la prévention et les soins du plus grand nombre possible de fistules par le biais d’une triple action. En premier lieu, l’action à caractère préventif, par le biais d’actions de sensibilisation, et des  consultations et soins pendant l’accouchement aux  filles et jeunes femmes de moins de 20 ans qui vont avoir leur premier enfant, et notamment celles qui présentent un accouchement prolongé ou arrêt du travail. Deuxièmement, par le biais de l’action réparatrice, on a opéré les femmes qui souffrent de fistule. Dans les deux cas, les soins médico-sanitaires ont été totalement gratuits. Le troisième axe s’est articulé autour de la formation du personnel sanitaire local.

Ce projet a permis la réalisation de sept missions chirurgicales, pendant lesquelles 196 femmes ont été opérées. Il a permis d’apporter des soins lors de 4 000 accouchements. Plus de 20 000 consultations prénatales ont été passées. De même, plus de 200 professionnels sanitaires ont reçu une formation et des actions de sensibilisation ont été organisées auprès de 2 000 personnes dans différentes communes.

La Fondation Probitas a cofinancé de 2016 à 2019 cette initiative.

La CEDEAO, la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest, qui a reconnu Femmes pour l’Afrique en tant qu’organisation active et engagée dans la lutte contre la fistule obstétricale, a également collaboré économiquement à ce projet.

Amis de la Fondation