Mona Ellaithi. Soudan


29/05/20202

Mona Ellaithi est titulaire d’un doctorat en génétique humaine de l’Université Al-Neelain/Université de Lübeck-Soudan/Allemagne et est actuellement maître de conférence en génétique humaine à l’Université Al-Neelain, à Khartoum.  Elle a participé au programme Science by Women et a effectué ses recherches au   centre de recherche d’accueil, BioCruces, ou elle a travaillé sur son projet “Détection de variantes communes associées à des patients soudanais diagnostiqués avec des troubles du développement sexuel (DSD) en utilisant le séquençage NGS (technologie de séquençage Exome et Panel)”.

La scientifique Mona Ellaithi dit que le Soudan se dirige vers une situation désastreuse

Mona Elahiti SudanDepuis le début de l’épidémie de COVID-19, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a recommandé certaines mesures de protection à suivre partout dans le monde. Malgré l’effort fait par le ministère fédéral de la santé du Soudan, tous les Soudanais n’ont pas suivi ces instructions. Certaines personnes ne croyaient pas que le virus pouvait être aussi dangereux. D’autres ont affirmé que le gouvernement réagit de manière excessive et qu’il y a un gain politique. Cependant, il y a des Soudanais dont l’occupation dépend du revenu quotidien et il est difficile pour eux de suivre le confinement.  De plus, le ministère de l’intérieur n’a pas fait cesser les rassemblements de masse et ne surveille pas le mouvement de la population pendant les heures de confinement.

Personnel médical infecté

Selon le rapport du ministère fédéral soudanais de la santé du 29 mai 2020, le nombre total de cas depuis le début de la pandémie est de 4800, dont 262 morts et 1272 guéries. 50% du personnel médical travaillant dans le centre d’isolement de Khartoum est infecté, deux sont morts des suites des complications liées à l’infection par le virus. Toutes les unités de soins intensifs COVID-19 et les centres d’isolement sont pleins. Par conséquent, les nouveaux cas sont priés de s’isoler chez eux, à moins qu’ils ne développent des symptômes critiques. Certains médias ont déclaré qu’il y a un manque de soins médicaux dans certains hôpitaux pour les patients qui ne sont pas infectés par le COVID-19. Ces hôpitaux ne sont pas chargés de traiter les patients du COVID-19, mais il arrive que des cas non diagnostiqués y soient soignés sans savoir qu’ils sont infectés. En conséquence, le personnel médical attrape le virus et l’hôpital ferme temporairement pour être désinfecté et le personnel médical est mis en isolement.

Il y a un grand besoin de laboratoires

De nouveaux cas sont enregistrés chaque jour dans les différentes provinces du Soudan. Certaines familles ont perdu plus d’un de leur membre après avoir été infectées par le COVID-19. infecté. La province du Darfour compte déjà des camps de réfugiés en raison de conflits internes. Je ne sais pas quelle est la situation concernant les mesures sanitaires contre le COVID-19 dans ces camps. D’autres cas sont attendus dans des régions où il y a un manque d’eau et un environnement sanitaire médiocre.

À notre grande surprise, seul le laboratoire national de santé (NHL) est autorisé à effectuer des tests de diagnostic COVID-19. Ce laboratoire est situé à Khartoum et toutes les autres provinces envoient les échantillons suspects au NHL. Cela pourrait être la cause du retard dans les résultats des tests et des cas élevés enregistrés à Khartoum. Avec l’augmentation des cas suspects, le laboratoire est maintenant submergé par le grand nombre d’échantillons. Il y a donc un grand besoin de laboratoires supplémentaires pour aider à tester les cas suspects. Je pense qu’avec l’ajout de laboratoires de test dans d’autres provinces, davantage de cas seront diagnostiqués.

Saison des pluies

Le cercle des personnes infectées se referme et chaque jour, nous apprenons qu’un parent ou un ami est infecté. Avec l’augmentation du nombre de personnes infectées, nous nous dirigeons vers une issue désastreuse.

La principale question qui se pose maintenant à nous, scientifiques, est de savoir comment nous pouvons minimiser les pertes attendues. Nous devrons certainement arrêter les rassemblements de masse et respecter les mesures de distanciation sociale. À l’approche de la saison des pluies, nous devons trouver un moyen de fournir des fournitures médicales à certaines zones qui pourraient être isolées par des flots pendant la saison.

Traduit par Paola Fourcaud

Amis de la Fondation