Mona Ellaithi. Sudan


12/05/2020

Mona Ellaithi est titulaire d’un doctorat en génétique humaine de l’Université Al-Neelain/Université de Lübeck-Soudan/Allemagne et est actuellement maître de conférence en génétique humaine à l’Université Al-Neelain, à Khartoum.  Elle a participé au programme Science by Women et a effectué ses recherches au   centre de recherche d’accueil, BioCruces, ou elle a travaillé sur son projet « Détection de variantes communes associées à des patients soudanais diagnostiqués avec des troubles du développement sexuel (DSD) en utilisant le séquençage NGS (technologie de séquençage Exome et Panel) ».

Le gouvernement soudanais reconnaît sa faible capacité en matière de santé

Mona Ellaithi SudanLe 12 mars, le gouvernement soudanais a annoncé la première personne infectée par le COVID-19 qui était un Soudanais venant de l’étranger. Immédiatement après, le gouvernement soudanais a fermé les écoles et les universités ainsi que certains secteurs gouvernementaux. Plus tard, d’autres cas d’étrangers et de Soudanais ont été signalés.

Le ministère de la santé a immédiatement commencé à prendre les mesures nécessaires pour protéger les personnes et leur a demandé de rester chez elles. Peu de temps après, le confinement a été déclaré dans toutes les provinces du Soudan et le gouvernement soudanais a fermé les frontières. Les gens ont été priés de rester chez eux et de ne sortir que si nécessaire.

Le ministère de la santé a diffusé des brochures et des affiches sur le COVID19 et son mode de transmission et sur la manière dont les gens peuvent se protéger contre le virus. Ces affiches ont été affichées dans les boulangeries, les supermarchés et même dans les rues.

Le rôle des médias

Le gouvernement soudanais reconnaît sa faible capacité en matière de santé. Le ministère de la santé a pris toutes les mesures possibles pour faciliter les soins de santé aux personnes infectées dans tout le comté. Des hôpitaux spécifiques ont été réservés aux patients atteints du COVID-19. Chaque hôpital a son équipe formée pour s’occuper des patients infectés par le corona. Cependant, le ministère de la santé a annoncé en toute honnêteté la pénurie d’appareils respiratoires et d’équipements de protection individuelle (EPI) et même de tests COVID-19. Par conséquent, le gouvernement a demandé aux gens de rester chez eux afin de minimiser le taux quotidien d’infection ou d’aider à éradiquer le virus.  Des rapports quotidiens sur les personnes infectées, guéries et décédées sont publiés par le ministère de la santé à l’intention du public.

La télévision et les radios nationales soudanaises ont diffusé des programmes sur le virus et l’importance de rester chez soi et de prendre des mesures de protection comme se laver les mains, porter un masque. L’émission comprenait également des programmes sur la nature du virus et ses modes de transmission.

Soutien des ONG

Les sociétés non gouvernementales ont travaillé à la préparation de désinfectants pour les gens afin de pallier le manque sur les marchés et ont également fourni des désinfectants gratuits pour les pauvres et les sans-abris. De plus, certaines petites usines ont fourni des masques et des désinfectants supplémentaires. Les réseaux sociaux jouent un rôle majeur dans la diffusion des connaissances. Le ministère de la protection sociale a apporté son soutien aux familles dans le besoin. Différentes organisations caritatives s’efforcent de fournir de la nourriture aux personnes pauvres. Cependant, il y a encore un grand nombre de familles soudanaises qui sont touchées par le confinement parce qu’elles dépendent de revenus quotidiens.

Le 8 mai, le nombre total de personnes infectées s’élevait à 1111, le nombre de morts à 59 et le nombre de personnes guéries à 102. Le ministère de la santé continue à souligner l’importance de rester chez soi et de prendre les mesures de protection nécessaires.

Amis de la Fondation