Rashidatu Camara. Sierra Leona


15/04/2020

La Dr Rashidatu est titulaire d’un diplôme de médecine et de chirurgie et d’une maîtrise en maladies tropicales transmissibles. Elle poursuit actuellement un programme de doctorat en épidémiologie et en santé publique, soutenu par l’Université Rey Juan Carlos grâce à une bourse du programme Learn Africa.

L’épidémie de COVID-19 : Ses effets sur les femmes de Sierra Leone

Rashidatu Kamara Sierra LeonaAprès une décennie de guerre civile à la fin des années 90, l’épidémie d’Ebola de 2014 dans le bassin de la rivière Mano, en Afrique de l’Ouest, dont le pays est l’un des épicentres des glissements de terrain et des innondations soudaines, et maintenant la maladie du coronavirus (COVID-19), le Sierra Leone, un minuscule État de la sous-région, a de nouveau été mis sous le feu des projecteurs. Et la triste réalité des crises est que les femmes et les enfants sont les plus touchés par les souffrances.

Avec un peu plus de la moitié des 7,5 millions d’habitants du pays qui sont des femmes (51,1 %), le Sierra Leone a enregistré son premier cas de (COVID-19) à la fin du mois de mars de cette année (au moment où j’écris, 10 cas ont été signalés à ce jour). Le pays vient de terminer une période de confinement de 72 heures afin de réduire la transmission de la maladie. Le gouvernement a annoncé successivement une période supplémentaire de 14 jours de confinement partiel et de couvre-feu dans le cadre de certaines de ses mesures de santé publique de précaution. Toutefois, les spéculations vont bon train quant à la possibilité d’un confinement complet si le pays continue de signaler de nouveaux cas.

Le confinement n’est pas un événement inhabituel

Pour la plupart des Sierra-Léonais, le confinement n’est plus un événement inhabituel. Lorsqu’en 2014, l’épidémie de maladie d’Ebola a ravagé le pays, les autorités ont déclaré l’état d’urgence et un confinement a été imposé. Pendant l’interrègne militaire de 1997 qui a vu l’éviction de l’administration civile de feu l’ancien président Ahmed Tejan Kabbah, plusieurs ordres draconiens de couvre-feu ont été institués par la junte militaire de l’époque, caractérisée par la perte d’innombrables vies humaines, soit à cause de la faim et de la famine, soit à cause de la violence armée perpétrée par les agents de la junte.

En repensant à ces jours horribles, on se demande comment les femmes, qui sont pour la plupart les pourvoyeuses de nombreux foyers tout en s’occupant des enfants, ont pu faire vivre leur famille dans une société où les moyens d’existence se trouvent au jour le jour. La plupart se livrent à un petit commerce, utilisant les recettes de leurs activités commerciales quotidiennes pour prendre soin de leur famille.

Les femmes sont très résistantes

Je me souviens encore, à l’époque de la junte en 1997/98, d’images et de cas poignants de femmes enceintes et de mères mortes à la naissance, d’avortements spontanés et/ou de la mort inutile de leurs enfants à cause de maladies évitables et traitables dues à un accès limité aux services de soins de santé. Ceux qui ont osé violer le couvre-feu en quête de nourriture ont été tués par les rebelles ou ont subi des punitions graves et humiliantes aux mains des militaires. Les femmes et les jeunes filles qui ont été capturées par les insurgés ont été contraintes à la servitude ou à assumer des responsabilités en tant qu’épouses. Dans des circonstances sinistres, lorsqu’elles tombaient enceintes et que leurs services n’étaient plus considérés comme utiles par leurs « maris de la brousse » ou leurs « gardiens », elles étaient mutilées et tuées.

Il est déchirant de constater également, dans un article publié par Wong et al, que le Sierra Leone a fait état d’environ 2 536 décès, dont une mortalité féminine de 63 %, lors de l’épidémie d’Ebola de 2014. Des études ont également révélé que dans certains cas, les femmes et les enfants ne sont pas morts directement du virus mais à la suite d’une perturbation des services de santé. Dans leur publication « Les femmes et les bébés meurent mais pas d’Ebola« , Jones et al. ont fait état d’une diminution de 18 % des visites de soins prénataux, de 23 % des visites de soins postnataux et de 11 % des femmes accédant aux établissements de santé pour les naissances, ce qui a entraîné une augmentation de 34 % de la mortalité maternelle et de 24 % des mortinaissances.

Les femmes sierra-léonaises ne sont pas étrangères aux périodes difficiles. Elles sont très résistantes, et les meilleures d’entre elles ont toujours réussi à s’en sortir quand elles avaient le dos tourné au monde. Écoutez les histoires de certaines d’entre elles avec qui j’ai parlé des confinements :

 

Interlocutrice 1 : Je comprends que rester à la maison nous aidera à réduire la maladie, mais comment allons-nous nourrir nos familles ? Nous n’avons pas d’économies à la banque. Je vais chaque jour vendre mes légumes et, le soir, j’achète de la nourriture et je rentre à la maison pour préparer le repas du jour pour ma famille. Il serait difficile de survivre, et nous ne savons pas combien de temps cela va durer.

Interlocutrice 2 : Je travaille comme infirmière à l’hôpital pour enfants Ola During et nous voyons tous les jours des enfants atteints de maladies grippales. Maintenant, j’ai peur d’aller travailler parce que je ne sais pas qui parmi ces enfants est/sont infecté(s) par le COVID 19. Nous ne sommes pas suffisamment préparés. Nous n’avons pas d’équipement de protection individuelle.

Interlocutrice 3 : En tant que banquière, on nous a demandé de travailler à la maison pendant les trois jours de confinement. Je recevais jusqu’à 50 appels par jour de clients qui avaient des difficultés de transaction. Si cela devait continuer, cela causerait un stress et des problèmes incommensurables à nos clients.

Interlocutrice 4 : Je ne peux pas croire que cela nous arrive à nouveau. Dieu ! Qu’avons-nous fait… ? J’ai perdu mon premier et unique enfant pendant le virus Ebola, comment pouvons-nous à nouveau souffrir de cette maladie ? »

Interlocutrice 5 : Il s’agit d’une situation difficile. Dans ma vie, j’ai été témoin de deux périodes de confinement ; quand nous avons eu la guerre des rebelles et quand nous avons eu l’opération Western Area Surge pour l’Ebola, et ce n’était pas du tout une bonne période. Je ne peux qu’envisager une situation similaire dans ce pays.

Interlocutrice 6 : Ma sœur, si mes enfants tombaient malades, où devrais-je les emmener ? On dit que les médecins et les infirmières ne vont pas travailler ; nous allons mourir. Encore un autre Ebola ? »

Interlocutrice 7 : Pas de travail, pas d’école, les enfants ne peuvent pas sortir pour jouer. C’est difficile car même si le gouvernement fait tout pour notre sécurité et notre protection, nous ne savons pas combien de temps cela va durer.

 

Il ressort clairement de ces réponses que les femmes se préparent à des jours sombres aux conséquences désastreuses. Il y a eu d’innombrables histoires de femmes et de filles souffrant de violence domestique avec des conséquences de prostitution, de grossesse d’adolescente, de grossesse non désirée et d’abandon scolaire qui s’aggravent en ces temps difficiles. Dans son article « Les confinements du Corona exposent les jeunes filles à des risques involontaires en Sierra Leone », l’auteur Mohamed Stom Koroma a écrit que les conséquences de ces confinements pourraient être plus dévastatrices que le virus lui-même.

Un autre article de l’un des spécialistes psychiatriques de Sierra Leone, le Dr Abdul Jalloh, a souligné les implications de revivre et de ré-expérimenter des événements traumatisants. L’article a identifié la panique de masse, le stress excessif et l’appréhension comme des symptômes du syndrome de stress post-traumatique.

Bien que ces symptômes soient ressentis chez les deux sexes, les femmes réagissent généralement avec gravité lorsqu’elles regardent sans défense leurs enfants, incapables de leur fournir la nourriture et les biens de première nécessité. Il est prudent de mettre en place un dispositif de confinement en ces temps difficiles. Cela fait cependant ressortir les défis socio-économiques et psychosociaux d’un pays frappé par la pauvreté où le Sierra-Léonais moyen vit avec 1 USD par jour dans des « conditions stables ».

Et pour les femmes prises entre le marteau et l’enclume, il n’est pas surprenant que le slogan qui fait maintenant le tour des émissions de radio et du marché soit « la faim nous tuera avant le Corona ».

(Traduit par Paola Fourcaud)

 

 

 

 

 

 

 

Amis de la Fondation