Réunion du comité directeur de Science by Women


Madrid, 22 mars 2021. Cet après-midi, le Comité Directeur du projet Science by Women, qui en est à sa septième édition, s’est tenu en ligne. La réunion, présidée par María Teresa Fernández De la Vega, a vu la participation de représentants de plus de vingt centres scientifiques associés au programme, ainsi que de ses sponsors institutionnels et corporatifs.

La présidente de Mujeres por África, qui a remercié tout le monde pour son engagement dans le projet, qui compte déjà 80 chercheuses africaines parmi ses bénéficiaires, a souligné l’effort consenti en cette année de pandémie, qui a permis sa continuité malgré le retard obligatoire dans l’accueil des femmes scientifiques sélectionnées dans leurs centres respectifs.

Outre la gestion du programme et le maintien du dialogue quasi quotidien avec les chercheurs qui se trouvaient déjà en Espagne au moment de la déclaration de la pandémie, la relation avec tous les bénéficiaires du programme a été renforcée, et ils nous ont parlé de leurs défis en tant que scientifiques et femmes dans cette période de crise et de confinement.

À cette fin, 4 sessions de travail parallèles et sectorielles ont été organisées afin de recueillir des propositions sur la manière de contrer le revers que la pandémie a représenté pour les femmes en général et pour les femmes scientifiques en particulier, avec lesquelles une grande réunion plénière a également été organisée. Elles ont également tenu une grande réunion plénière, avec laquelle a été créé un réseau qui les rassemble et qu’elles ont elles-mêmes baptisé NOW IS AFRICA (Network of Women Innovating in Science in Africa).

Le comité directeur a également salué les centres qui ont rejoint Science by Women pour cette septième édition, à savoir le Centre Basque de Mathématiques Appliquées, Polymat, l’Institut d’Agriculture Durable, le Campus d’Excellence Internationale en Agroalimentaire de l’Université de Córdoba, l’Institut d’Astrophysique des Canaries, la Plateforme Océanographique des Canaries, l’Institut Universitaire de Recherche Biomédicale et Sanitaire de l’Université de Las Palmas de Gran Canaria, l’Institut des Sciences des Matériaux de Barcelone, Biodonostia et l’Université de Valencia.

Tant les centres de recherche que les sponsors se sont montrés satisfaits du développement du programme, qui a débuté en 2013 avec seulement cinq centres scientifiques, et ont dressé un bilan des plus positifs des chercheurs africains dont ils ont accueilli le séjour, soulignant leur grande capacité et leur excellence scientifique.

Le moment le plus émouvant de la réunion a été la commémoration et l’hommage à la grande scientifique Margarita Salas, malheureusement décédée, membre du Conseil Consultatif de Mujeres por África et faisant également partie du Comité Scientifique International de Science by Women.

Amis de la Fondation