Le comité scientifique de Science by Women prône le soutien aux carrières scientifiques


Madrid, 30 juin 2021. Cet après-midi, la troisième réunion du Comité scientifique international du programme Ellas Investigan, composé d’une douzaine de femmes et d’hommes de science africains et européens de renom, s’est tenue en distanciel.

L’organisme, créé en 2014 en même temps que le projet Ellas Investigan lui-même, a pour but de guider, de superviser et d’offrir des idées à l’équipe de direction d’un programme qui a connu une croissance exponentielle depuis ses premiers pas avec cinq centres partenaires.

Aujourd’hui, avec plus de 28 centres répartis dans toute l’Espagne et une centaine de chercheuses africaines bénéficiaires, le Comité scientifique s’est félicité de l’évolution du programme et a également réfléchi à son propre rôle au sein de celui-ci.

María Teresa Fernández de la Vega a commencé la réunion par un rapport sur ce grand développement, ainsi que sur la création du réseau créé par les femmes scientifiques bénéficiaires elles-mêmes, qui porte le nom de Nowisafrica.

Elle a également rendu hommage à la regrettée Margarita Salas, qui était membre de ce Comité, et a souhaité la bienvenue à la populaire virologue Margarita del Val, qui vient de rejoindre le Comité.

Pour leur part, plusieurs membres du Comité ont souligné l’importance d’assurer le suivi des bénéficiaires de la recherche et de les soutenir dans les besoins qu’elles peuvent avoir une fois de retour dans leur pays. Ils ont également préconisé l’organisation de réunions scientifiques où elles peuvent échanger des connaissances et des défis, l’interdisciplinarité et le soutien aux carrières de recherche par le biais du mentorat.

Le Phare de Nador, notre centre dans cette ville du nord du Maroc, a également reçu l’attention du Comité, car la Fondation souhaite que l’une de ses principales activités soit la promotion de la recherche sur l’environnement, la diversité naturelle, l’eau et, en général, les sujets qui revêtent une importance particulière dans la région, ainsi que de devenir un nœud d’attention et de contact entre les femmes scientifiques.

La question de la recherche pour la paix et la sécurité a également été soulevée, ce qui est particulièrement nécessaire à l’heure où les conflits se multiplient en Afrique et, avec eux, les violences faites aux femmes. Tous les participants ont accepté de mener une réflexion spécifique sur ce thème, qui pourrait déboucher sur une ligne de travail distincte à l’avenir.

Enfin, la présidente a fait part de l’organisation prochaine, à la nouvelle université de la Fondation OCP à Marrakech, la Mohamed VI, d’une grande réunion de toutes les femmes scientifiques liées à Mujeres por África.

L’appel à candidatures pour la septième édition du programme Science by Women sera publié dans les prochains jours. 25 centres scientifiques parmi les 28 institutions partenaires y participeront.

Dans les prochains jours, l’appel à la septième édition d’Ellas Investigan sera publié, à laquelle participeront 25 centres scientifiques parmi les 28 partenaires.

Le Comité Scientifique, à la tête duquel se trouve notre présidente, María Teresa Fernández de la Vega,  est formé par María Blasco, directrice du CNIO ; Inés Sánchez de Madariaga, directrice de la Chaire Unesco de Politiques d’Égalité de Genre à STI ; Cristina Garmendia, présidente de Genetrix ; Sonia Abdelak, directrice du laboratoire de Génétique médicale et Ontogénétique de l’Institut Pasteur ; Salimata Wade, ancienne directrice du Laboratoire de Recherches en Nutrition Humaine de Dakar ; Francisca Nneka Okeke, directrice du Département de Physique et Astronomie de l’Université du Nigeria ; Glenda Grey, présidente du Conseil des Recherches Médicales de l’Afrique du Sud ; Rajaa Cherkaoui, professeure et chercheuse en Physique Nucléaire de l’Université Mohammed V de Rabat ; Londa Schiebinger, directrice du Projet UE-États-Unis sur le genre dans la science, la médecine, l’ingénierie et l’innovation ; Pedro Alonso, directeur du Programme Mondial de la Malaria de l’OMS ; Fatimata Dia Sow, ancienne commissaire des Affaires Sociales et de Genre de la CEDEAO et actuellement ambassadrice du Sénégal du Royaume Uni ; et Margarita del Val, virologue du Centre Severo Ochoa de Biologie Moléculaire, récemment incorporée au Comité.

Amis de la Fondation