Mpule Kgetsi – Botswana


08/04/2020

Mpule a été bénéficiaire du programme de bourses Learn Africa pour des femmes africaines. Elle a fait un Master sur la dynamique de la coopération, des conflits et de la négociation à l’UAX à Madrid

Mpule. Botswana Avant qu’aucun cas ne soit enregistré, le gouvernement avait pris des mesures pour informer la nation afin qu’elle prenne des mesures préventives telles que l’évitement des déplacements inutiles à l’extérieur du pays, la distanciation sociale, en particulier dans les espaces publics, et l’auto-quarantaine pour ceux qui avaient récemment regagné le pays. Ces mesures de précaution ont été suggérées après que la plupart des pays voisins aient commencé à enregistrer lentement des cas et, comme le Botswana est un pays enclavé, cela représentait un grand danger pour nous. Les communautés et la société civile sont immédiatement passées à l’action, partageant des conseils sur la manière d’éviter de contracter ou de propager le virus, par exemple sur la manière de se laver correctement les mains, de se saluer sans se serrer la main et certains ont installé des stations de lavage des mains dans les lieux publics. Le gouvernement a également donné l’ordre de fermer toutes les écoles.

Aujourd’hui, les frontières sont totalement fermées et les mouvements et entrées transfrontaliers sont interdits. Le pays est également sous contrôle et l’état d’urgence a été déclaré par le président du Botswana afin de prévenir ce qui pourrait être une pandémie nationale incontrôlable. Les ministres des différents secteurs qui ont été ou pourraient être les plus touchés par l’état d’urgence ont tenu des conférences de presse pour informer la nation de ce qui pourrait être fait et de la manière dont le gouvernement entend aider ceux qui seront touchés. Si cette situation perdure, elle pourrait s’avérer préjudiciable à l’économie du pays et de nombreuses vies seront perturbées. Ce qui reste préoccupant, ce sont les ramifications profondes de cette pandémie dans les différents secteurs et services, j’ai essayé d’en résumer certaines ci-dessous ;

  1. L’impact économique sera sans aucun doute le plus important car le fonctionnement de certains services a été ralenti et, dans certains cas, interrompu. Le tourisme, par exemple, qui joue un rôle important dans l’économie du pays, a été largement touché en raison des restrictions imposées aux voyages. Le pays est connu pour certains de ses sites emblématiques tels que le delta de l’Okavango, le désert du Kalahari, les parcs nationaux et les réserves de chasse. Par conséquent, de nombreuses entreprises de cette région ont été contraintes de réduire leurs effectifs afin de rester à flot ou de fermer complètement, laissant de nombreuses personnes sans emploi.
  2. Il y a également eu une tendance inquiétante à la diffusion de fausses nouvelles liées au COVID-19. Les réseaux sociaux regorgent actuellement de nouvelles et de mises à jour provenant de sources non vérifiées qui se répandent rapidement sur diverses plateformes de réseaux sociaux, provoquant peur et panique.
  3. On s’inquiète de plus en plus de la façon dont le confinement de 28 jours en vigueur laissera encore beaucoup de gens vulnérables, car la plupart ne sont pas financièrement prêts à s’approvisionner en produits de première nécessité qui dureront pendant cette pé Certains jeunes chômeurs qui gagnent leur vie en faisant des petits boulots et les vendeurs de rue qui ne peuvent travailler qu’à l’extérieur seront fortement touchés par le confinement. Ceux et celles qui sont soumis.es à la violence domestique et intime de leur partenaire, en particulier les femmes et les enfants, sont également dans une position très vulnérable car ils/elles risquent d’être confiné.es dans le même espace que leurs agresseurs, ce qui les met encore plus en danger.
  4. Dans le sillage de la pandémie, de nombreux détaillants ont profité de la situation et ont considérablement augmenté les prix des désinfectants pour les mains en les vendant à des prix exorbitants, plus élevés qu’avant l’apparition du virus.
  5. Le plus inquiétant est que la durée des fermetures d’écoles reste inconnue, elle pourrait n’être que de quelques mois ou du reste de l’année si la situation n’est pas maîtrisé Certains élèves risquent de ne pas avoir la possibilité de suivre un enseignement à domicile ou de disposer des ressources permettant l’apprentissage en ligne. Par conséquent, beaucoup d’entre eux sont absents et risquent d’être obligés de retarder leurs études.

En général, bien qu’il puisse y avoir quelques contretemps et que cela ait pris un certain temps, la réponse du gouvernement à cette pandémie a été dynamique et rassurante. Le ministre de la Santé et du Bien-être a rapidement pris l’initiative de fournir des mises à jour nationales régulières. De nombreuses personnes, entreprises et même églises ont manifesté leur soutien en faisant don de certains fonds au fonds national de secours pour le COVID-19. À ce stade, étant confinée chez moi et tout sens de la normalité ayant disparu, je ne peux qu’espérer que le reste du pays respecte strictement les règles de confinement et de distanciation sociale et que nous soyons en mesure d’éviter une pandémie nationale.

Traduit par  Paola Fourcaud

 

Amis de la Fondation