Mariama Badji. Senegal


18/05/2020

Mariama Badji est la directrice de la communication de Cora et le président d’Africa Feliz Senegal. Elle a vécu plusieurs années en Espagne et a été l’une des femmes africaines qui ont le plus soutenu notre fondation à ses débuts. Aujourd’hui, nous publions son deuxième article.

L’implication des leaders dans la lutte contre la propagation du Covid 19  est essentielle

Mariama Badji es Directora de Comunicación de CoraLa crise a-t-elle atteint sa vitesse de croisière ou le pire reste-t-il à venir ? C’est la question qui est sur toutes les lèvres. Plus le temps ne passe, moins de certitudes pour une solution rapide. 79 jours après le premier cas dans notre pays, les chiffres continuent de grimper.L’inquiétude a fini de gagner certaines franges de la population qui commencent à se ruer sur l’artemisia qui peut désormais s’acheter en gélules, en sachets thé et en poudre. Actuellement, il ya plus de 100 cas communautaires détectés, sans compter les porteurs sains qui font légion. Le Ministère de la santé et de l’action sociale promet de renforcer le système de surveillance épidémiologique et exhorte au respect strict des mesures barrières et préventives.

Tout est en train d’être mis en place pour renforcer les acquis. Que ce soit fait dans la satisfaction générale ou pas, les personnes vulnérables qui ont besoin d’être soutenues ont reçu des vivres  et, des masques et du désinfectant. Cependant, cette aide ne fait pas l’unanimité et crée des polémiques qui nous éloignent de l’essentiel. Quant aux campagnes de sensibilisation, elles font légion, mais ne convainquent pas tous. Elles mènent peu à l’éveil des consciences et au changement véritable des comportements.

Intensifier la campagne de sensibilisation

La distanciation sociale n’est pas ancrée  dans nos comportements et c’est une véritable source d’inquiétude dans notre pays. Le port généralisé du masque est devenu une réalité ainsi que le lavage systématique des mains et ce sont des acquis non négligeables.

Le non-respect des restrictions lors du couvre-feu, dans les transports interurbains, au niveau des marchés appelle à adopter de nouvelles méthodes dans les lieux publics. En ce mois béni de ramadan, des rangs démesurés sans aucun respect des normes font légion devant les boulangeries. Les cas communautaires ont fini de faire le tour des régions du pays et chaque jour arrive avec son lot de cas nouveaux qui préoccupent

L’implication des leaders communautaires pour lutter contre la propagation du Covid 19 serait la bienvenue dans les régions intérieures et les périphéries de la capitale. C’est un impératif pour que les autorités sanitaires puissent se recentrer sur la question primordiale de la santé en ces périodes de Covid. Ces derniers en collaboration avec le tissu associatif sont à même de travailler dans la réclame pour que les populations s’approprient  les nouveaux comportements. Ils sont mieux outillés pour sensibiliser mais aussi arriver à toucher le cœur des  sénégalais. Ils seront  à même de s’impliquer dans la lutte pour le manger sain. Mais et surtout de trouver des solutions dans une situation de violences conjugales qui vont  crescendo.

Un génie créatif en hausse…

Le Covid 19 a aussi mis en exergue le génie sénégalais, en effet des jeunes et moins jeunes ont répondu de manière efficace et efficiente à l’appel de la nation. Expertise et connaissance  dans beaucoup d’innovation est le cocktail servi pour mettre en marche des robots  qui servent repas et autres accessoires aux personnes en quarantaine. Des respirateurs artificiels, des distributeurs de gel automatiques qui parlent plusieurs langues, du gel hydro alcoolisé,  les élèves chercheurs des Universités de Dakar, Thiès et Ziguinchor  et de l’Ecole Supérieure Polytechnique de Dakar ont frappé fort.

Les tailleurs dans cet élan créatif ont aussi participé activement à l’effort de guerre avec la confection de masques. Le Ministère du Développent Industriel, des Petites et Moyennes entreprises en étroite collaboration avec celui du Commerce dans un arrêté nº9450 du 24 avril 2020 a mis en place une norme NS15-O14 adoptée par le comité technique sur la santé, avec des exigences minimales de confection et d’usage.

Cette pandémie a boosté  le génie créatif des sénégalais, cela  devrait créer de la plus-value et ainsi aller dans le sens de compter sur nos propres forces et compétences en toute circonstance.

Des mots pour apaiser des maux….

Fatima est une femme de plus de 50 ans pleine d’amour qui force le respect au premier regard. Sa combativité face au cancer du sein en temps de coronavirus anime toutes les conversations. Elle a appris à manier avec prudence et entrain les relations au niveau des réseaux sociaux. Elle est une inspiration pour beaucoup de femmes et de jeunes qui s’étaient laissé gagner par les incertitudes de cette pandémie et avaient versé dans la déprime. Elle collabore avec notre association et rassure par sa sagesse et son talent qu’elle veut mettre au service des autres pour un avenir plus solidaire.

A travers les webinaires que nous organisons avec de petits groupes plusieurs fois dans la journée, elle  invite au respect des gestes barrières et rappelle toujours qu’il faut de grands sacrifices pour apporter secours et assistance. C’est pour cela qu’elle préconise la parole comme  mécanisme de guérison et ainsi développer des stratégies face aux dysfonctionnements de nos vies. Sur conversation, en véritable pédagogue, elle convoque les fibres culturelles, religieuses et familiales et apaise des conflits en cours. Son slogan : restons mobilisés, solidaires  et déterminés, c’est une course de fond.

Une petite reflexion

Le monde est dominé par le capital, c’est un fait et les pays en voie de développement en paient le prix fort surtout en ce moment. Cette pandémie est l’occasion de travailler à faire comprendre que l’intérêt général prime sur le profit et  ou le gain. Toutes les bulles sont en voie d’éclater, personne ne sera épargné. La solidarité sera notre  seule victoire.

 

Amis de la Fondation