Madonna Mamdouh Metry. Egypt


20/06/2020

Madonna Mamdouh Metry, étudiante en dernière année de Langue Hispanique à l’Université d’Ain Shams et vivant au Caire en Égypte avec ses parents retraités, a été bénéficiaire de la bourse Learn Africa pour le compte de l’année académique 2018/2019 ce qui lui a permis d’étudier à l’Université de La Rioja.

Avec plus de 23 millions d’enfants, l’éducation est un véritable défi en Égypte

Madona Metry EgiptoSituation de l’Égypte: 65.188  cas de Coronavirus (AfricaCDC. 29 juin 2020).

L’Égypte a été l’un des premiers pays à prendre des mesures pour arrêter la propagation du coronavirus. Depuis le 12 mars, les écoles et les universités sont restées fermées, le confinement partiel a été déclaré et jusqu’à  présent les églises, les mosquées et les restaurants (service à domicile uniquement) demeurent fermés.

Le travail se poursuit, soit à domicile, soit par tour. La moitié des travailleurs partent pour deux semaines et l’autre moitié pour les deux autres semaines restantes. En outre, certains services sont passés au travail télématique. Le port du cache nez est et reste obligatoire hors du domicile.

Éducation

Avec 23,2% d’élèves (selon les statistiques de 2017/18) dans les écoles égyptiennes, il ne semble pas que la chance ait été de notre côté. Pour passer à l’éducation numérique, le ministère de l’éducation a élaboré un plan de différentes phases.

Dans un premier temps, les élèves candidats au baccalauréat ont reçu une tablette avec du matériel et un accès à Internet. Ils ont passé leurs examens de fin d’année en ligne à l’aide des tablettes, sauf les étudiants de troisième année qui les ont passés de forme présentielle dimanche dernier, avec des mesures de sécurité dans les centres d’examen. En plus de garder leurs distances et de se laver les mains, ils ont reçu gratuitement des masques, des gants et des sacs en plastique pour leurs pieds.

En outre, les examens de sélectivités pour l’accès à l’enseignement supérieur ne pouvaient pas se passer en ligne pour des raisons dues aux problèmes d’égalité et de transparence.

Enfin, il était difficile pour les élèves du primaire et du secondaire (3 promotions) de suivre leurs cours en ligne car n’ayant pas tous accès à Internet. D’où un travail académique final comme test mettant fin à l’année scolaire.

Fin des cours sans cérémonie de remise des diplômes

Quant aux universités, les cours se sont poursuivis en ligne jusqu’au 31 avril. Afin d’évaluer les étudiants, il leur a été demandé de présenter des travaux de recherche. Ce ne fût pas le cas pour ceux qui sont en dernière année d’études, comme moi.

J’aimerais maintenant vous parler des sentiments des étudiants de dernière année. La dernière année est la plus attendue par tous les étudiants. Au cours du second semestre, malgré le stress en raison de la rédaction de la thèse et des matières que nous avons à suivre, nous avons les événements divertissants tels que: la danse de fin d’année, le jour des photos, le jour de la nourriture et, surtout, la cérémonie de remise des diplômes. Tout cela a changé considérablement. Nous continuons toujours d’étudier chez nous sans savoir jusqu’à quand. Il nous a été dit que les examens auront lieu le 1er juillet sous le respect toutes les mesures de précautions nécessaires.

Cependant, les cas de contagion ont augmenté à la fin mai, la saturation des hôpitaux a amené le gouvernement à augmenter le nombre de lits en intégrant les hôpitaux universitaires. Ils ont également transformé les lieux de foire du livre en un hôpital de campagne d’une capacité de 3 000 lits. Le ministère des universités et de la recherche scientifique envisage toutes les possibilités d’examens en ligne, entre la présentation des travaux de recherche ou l’attente de la fin de la  COVID-19. Dans l’attente de la décision finale, dans ma faculté de philologie, nous avons déjà remis notre travail final.

L’Égypte suit son plan de développement

Bien qu’il y ait des rumeurs visant à semer la peur aux égyptiens et à répandre des sentiments négatifs, l’Égypte continue son plan de développement, avec ses grands projets. Les rares fois où je suis sortie de la maison (pour acheter des produits de première nécessité), j’ai trouvé beaucoup de changements dans la rue.  Par exemple, de nouveaux ponts et tunnels, de nouvelles stations de métro… Tout le monde travaille par tour hebdomadairement ou de jour et de nuit.

Le président, Abdel Fattah El-Sisi, et les ministres contrôlent quotidiennement le déroulement des travaux et le respect des mesures de précaution. En juillet, le gouvernement distribuera des masques gratuits à toute la population accompagnée des aides alimentaires mensuelles.

Le gouvernement a également offert le revenu minimum vital aux personnes touchées par la crise. Des campagnes sont menées sur les réseaux sociaux pour donner du plasma provenant de patients ayant récupéré de la COVID-19 sous la supervision du ministère de la Santé et les recherches se poursuivent sur l’efficacité de ce traitement. L’Égypte est le premier pays d’Afrique et du MoyenOrient et le neuvième au monde en termes de recherche scientifique sur la COVID-19.

Bien sûr, nous sommes très préoccupés par la crise et craignons une deuxième vague de contamination, mais je pense qu’il est temps de grandir de l’intérieur, de mieux se connaître, de prendre soin de la famille et d’exprimer notre amour.

Je souhaite que nous sortions tous forts en tant que humain de cette pandémie, même si nous sommes affectés par la maladie ou par la perte d’un être cher.

C’est une période difficile pour les femmes, mais nous sommes plus fortes que nous le pensions.

Texte traduit par Odile E. Nsohol

Amis de la Fondation