Concha Belen Ndong Mba. Guinée équatoriale.


07/04/2020

Concha Belen Guinea Ecuatorial. MédicaDepuis la Guinée équatoriale je vous informe que la situation du Covid 19 se présente ici de la même manière que celle des autres pays d’Afrique et du reste des continents. Mais à l’heure actuelle, nous avons un total de 15 cas dans le pays, dont deux infections locales et le reste importé, la plupart asymptomatiques. Un patient a été guéri et libéré.

Le gouvernement a pris des mesures pertinentes telles que la fermeture d’écoles, d’églises, de bars, de discothèques, etc… à l’exception des marchés publics et des centres commerciaux qui respectent les mesures préventives. Quant à la confiance en tant que telle que j’ai dans la politique et les soins de santé je dirais que je ne l’ai pas à cent pour cent, à cause du manque de matériel, en particulier d’appareils tels que les appareils respiratoires au cas où nous atteindrions plus de cas de complications respiratoires.

Au niveau de la population, beaucoup ne sont pas encore conscients de l’existence du virus, et il y a encore beaucoup de sorties clandestines, sans la protection d’un masque et de gants, et encore moins en gardant une distance d’un mètre.

En tant qu’agente de santé, je travaille toujours en allant à l’hôpital pour m’occuper de mes nouveau-nés, mais avec une protection de la tête aux pieds. Après le travail je rentre directement à la maison, s’il y a quelque chose à acheter je vais le chercher puis je retourne à la maison, pas de visites ni de rencontres amicales. Ma famille est ici et je ne suis qu’avec mes enfants et mon mari qui est aussi un spécialiste des soins intensifs intégré au comité de contrôle et de gestion des cas positifs au Covid 19. Mes enfants restent à la maison à faire leurs devoirs.

Je pense que cette crise du coronavirus touchera les enfants et les femmes de manière égale, selon le cas à traiter et la manière dont il est abordé.

Pour l’instant et jusqu’à présent je ne manque de rien, mais dans mon entourage je vois des gens qui perdent leur emploi et qui réfléchissent à comment ils vont pouvoir nourrir leur famille, à la manière de se déplacer d’un endroit à l’autre, puisque les taxis ne transportent qu’une seule personne selon les mesures prises par le gouvernement et le système de santé.

Je pense que cette crise affectera de nombreux pays à l’avenir, mais particulièrement dans mon pays le secteur économique.

Mes salutations.

(Traduit pa Paola Fourcaud)

Amis de la Fondation