Adama y Nato Jammeh (mère et fille). Gambia


04/05/2020

Nous transcrivons une conversation téléphonique entre une mère de Yundum, un village proche de la capitale Banjul, Adama Jammeh, et sa fille, Nato Jammeh, qui vit confinée, à Madrid.

Adama est une femme militante et une ardente défenseuse des droits de l’homme et surtout des droits de la femme. Nato a suivi des études à Barcelone et un master à l’Université Camilo José Cela dans le cadre du programme de bourses Learn Africa pour les femmes africaines.

En Gambie, l’inquiétude est bien plus liée au fait de ne pas pouvoir sortir pour gagner sa vie et nourrir sa famille que le virus

Salut, maman, comment ça va ?         

Ici, à la maison, tout va bien, la famille et moi allons bien. Tout va parfaitement bien.

Comment vont les choses en Gambie ? Y a-t-il des cas de coronavirus ?

Il semble qu’il y ait quelques cas de Coronavirus, on dit qu’une fille arrivée d’Angleterre était porteuse du virus, mais cette fille est déjà guérie. La rumeur veut également qu’une personne d’origine libanaise ait contracté le virus et en soit morte (Il faut préciser ici qu’elle dit que la personne est d’origine libanaise, mais qu’elle n’en est pas très sûre. J’ai comparé cela avec les rapports des médias selon lesquels il s’agit d’un prédicateur du Bangladesh qui était allé dans d’autres pays avant d’arriver en Gambie).

Au total, il semble qu’il y ait eu 5 personnes infectées, dont seule la personne mentionnée ci-dessus est décédée.

Quelles mesures le gouvernement a-t-il prises ?

– Les écoles ont été fermées depuis que le Coronavirus a été classé comme pandémie à la mi-mars.

– Les baptêmes et autres événements de masse ont été interdits.

– Les marchés alimentaires ont un horaire restreint, ils ne sont ouverts que le matin jusqu’à 14 heures.

– Les magasins de vêtements ne sont ouverts que l’après-midi, jusqu’à 19 heures environ.

– Ils ont fermé les mosquées et interdit aux citoyens de se serrer la main. Mon Dieu ! Combien il leur a été difficile de fermer les mosquées dans un pays musulman, d’autant plus que cela a coïncidé avec le Ramadan.

– À la radio, ils informent constamment les citoyens des mesures à prendre pour nous éviter d’être infectés, notamment en insistant sur le fait que nous ne devons pas nous serrer la main pour nous saluer.

Comment la population vit-elle toute cette situation, comment cela affecte-t-il sa vie ?

Eh bien, Nato, il n’est pas interdit de sortir comme en Espagne, le fait est qu’ici si les gens ne sortent pas pour gagner leur vie, ils ne mangent pas, c’est aussi simple que cela. Les gens sortent donc et mènent une vie relativement normale pour nourrir leur famille. Toutefois, à l’entrée de chaque maison, il y a des lavabos pour se laver et se désinfecter.

L’autre jour, je suis allé à la plage de Tanji avec ton père (c’est la plage la plus fréquentée du pays car elle abrite le marché aux poissons) pour prendre du poisson, et elle était pleine de monde. Dommage que je n’aie pas eu mon téléphone portable avec moi pour prendre une photo. Il y avait beaucoup de gens et en groupes. Mais comme je le dis ici, il est compliqué de contrôler le flux de personnes sur les marchés et de respecter les règles de distance comme cela se fait en Espagne. Bien sûr, il y a des restrictions sur les heures d’ouverture, et 13 heures est la date limite.

Le fait est que la majorité de la population doit sortir, pour pêcher, pour cultiver, pour vendre sur les marchés, impérativement, parce que, comme je l’ai dit, ils ne peuvent pas nourrir leur famille autrement. On ne peut pas séparer ou enfermer les gens, Nato, ils doivent sortir pour se nourrir.

Dieu merci, à part les cas dont je t’ai parlé auparavant, il n’y a plus de cas connus de Coronavirus, j’espère que cela continuera ainsi, que tout ira bien, parce que si le virus se développe dans un pays pauvre, mon dieu, beaucoup de gens mourraient. J’espère que dans les pays où le virus se trouve actuellement, il disparaîtra bientôt et dans ceux qu’il n’a pas atteints ou où il y a peu de cas qu’il ne se développera pas.

La population est-elle généralement inquiète ou angoissée par le virus ?

Eh bien, franchement, on s’inquiète beaucoup plus de ne pas pouvoir gagner sa vie et nourrir sa famille que du virus.

Que font les enfants s’ils ne vont pas à l’école ?

Les enfants sortent pour jouer et faire des courses, on ne peut pas les enfermer ici, c’est impossible.

Dieu merci, nous allons bien, moi personnellement, bien que je n’aie pas pu retourner à Barcelone, je vais bien, après tout je suis dans mon pays, avec ma famille, ma mère et mes petits-enfants, nous jouons, nous rions, nous avons aussi nos querelles quotidiennes, bien sûr, (elle rit), mais nous sommes heureux.

C’est tout ma fille, bisous, prends soin de toi. Merci.

 

Amis de la Fondation