Terefine MK Angula. Namibia


09/04/2020

Je m’appelle Terefine Angule Namibia Terefine MK Angula et je suis une bénéficiaire namibienne du programme Learn Africa de la Fondation Femmes pour l’Afrique.

Le COVID-19 a eu des effets d’entraînement dévastateurs et a provoqué des perturbations importantes dans le monde entier, et la Namibie ne fait pas exception. Notre premier cas de COVID-19 a été confirmé le 14 mars 2020 et le 05 avril, la Namibie compte 16 cas confirmés. Lorsque le président de la République de Namibie a déclaré l’état d’urgence, c’est à ce moment-là que tout et tout le monde a commencé à en ressentir les effets.

Le gouvernement travaille sans relâche pour réduire la propagation du virus. Les efforts du gouvernement comprennent, en décourageant les grands rassemblements publics, la fermeture des écoles pour une période de 2 mois, l’encouragement des employés à rester à la maison et à travailler plutôt depuis leur domicile, la fermeture de la plupart des institutions et des magasins. Actuellement, deux régions du pays sont complètement confinées afin d’éviter la propagation du virus au reste du pays. Le gouvernement a également débloqué 8,1 milliards de dollars namibiens (environ 450 millions de dollars) pour un plan de relance et d’aide visant à remédier aux effets négatifs de la première période de 21 jours de confinement partiel.

En tant que membre du personnel universitaire, je peux dire que le virus a semé la peur et la panique tant chez le personnel universitaire que chez les étudiants. Étant donné que le contact face à face n’est plus une option pour nous, nous sommes obligés d’utiliser pleinement l’apprentissage en ligne et de nous y adapter. Cependant, l’apprentissage en ligne s’est révélé être un défi pour les étudiants. Le manque d’accès à la technologie ou à un accès Internet rapide et fiable sont quelques-uns des principaux obstacles auxquels sont confrontés les étudiants issus de familles défavorisées, ce qui entrave l’apprentissage continu ou inclusif auquel l’université aspire.

La pandémie a eu un impact négatif sur ma vie professionnelle. Pour être plus précise, je devais présenter une communication lors d’un séminaire organisé en collaboration par l’Université de Namibie et l’Université de Stellenbosch (Afrique du Sud), qui devait se tenir les 23 et 24 mars 2020. Je pense que ce séminaire aurait été pour moi une grande opportunité, car il m’aurait permis de créer un réseau et d’apprendre d’autres intellectuels de mon domaine d’étude. Malheureusement, en raison du développement du COVID-19, le séminaire a été annulé, j’ai donc raté cette opportunité.

Le coronavirus a également affecté ma vie personnelle. Bien que je vive seule dans une ville éloignée de ma famille, dans des circonstances normales, je voyageais et leur rendais visite de temps en temps. Par mesure de sécurité, je suis désormais obligée de rester à la maison et je ne peux donc pas rendre visite à ma famille comme je le fais normalement. Il est toujours apaisant et réconfortant de passer des moments difficiles comme celui-ci avec nos proches, mais cependant, en raison de la nature du virus et afin de rester le plus en sécurité possible, je ne voyagerai pas, nous ne pouvons que nous réconforter mutuellement par téléphone.

Je demande instamment à tout le monde d’être responsable et de respecter les mesures de précaution en matière de sécurité, en restant à la maison et en pratiquant la distanciation sociale, ainsi qu’en pratiquant fréquemment l’hygiène personnelle ; évitez de vous toucher les yeux, le nez ou la bouche si vos mains ne sont pas propres. Si nous respectons tous ces mesures de précaution, nous pouvons nous protéger et contribuer à empêcher la propagation du virus à d’autres personnes.

ENSEMBLE, NOUS POUVONS VAINCRE LE COVID-19

(Traduit par Paola Fourcaud)

 

 

Amis de la Fondation