Kadiatu Koroma. Sierra Leone


04/06/2020

Elle est une des filles de Girls Empowerment Sierra Leone (GESL), une organisation de soutien aux jeunes filles pour les aider à devenir des agents de changement social dans leurs communautés.

En Sierra Leone, les filles craignent les conséquences du coronavirus: grossesse chez les adolescentes ou augmentation des vols

Je m’appelle Kadiatu Koroma et je suis en troisième année secondaire (SSS3). Je devais passer le certificat d’études secondaires  d’Afrique de l’Ouest cette année, mais pour cause  de la pandémie de la Covid-19, l’examen a été suspendu.

Qu’est-ce que le monde  t’a fait Coronavirus? Qu’est-ce que la Sierra Leone a fait? Que t’ai- je fais? Tu n’as apportée que distractions, pertes de vies et misère économique.

Grande était ma déception  d’apprendre l’arrêt des cours, nous obligeant à rester à la maison pour notre sécurité. Aller à l’école me manque vraiment et mes amis aussi me manquent. J’ai parfois l’impression que cela nous prendra une éternité avant que nous soyons autorisés à retourner à l’école à cause de la propagation de la maladie du Coronavirus en Sierra Leone.

Étudier à la maison signifie plus de télévision

Mon avenir est en danger, cela a diminué mon enthousiasme pour étudier et ce n’est pas sain pour mon avenir. Cette situation  a généré en moi une sensation d’ennui et j’ai donc décidé de me trouver un emploi vue la situation difficile de mon pays provoquée par son effondrement économique et l’arrêt des activités.

Cela a détourné l’attention de la plupart des adolescents et jeunes, filles et garçons, vers la rue, conséquence de la hausse observée, des grossesses précoces et des vols à main armée,  partout au pays.

Je suis plus préoccupée face à l’impact que cette situation pourrait avoir sur les filles, car étudier à la maison signifie plus de télévision que d’études, plus de cuisine que de devoirs. Qu’adviendra-t-il de nous maintenant ?

 

Traduit par ODILE Elisabeth NGO NSOHOL

 

Amis de la Fondation