Des femmes qui brisent les codes. Obiageli Ezekwesili, une femme exceptionnelle


11/05/2022

Les 19 et 20 mai prochains, une centaine de femmes leaders de l’Afrique, de l’Amérique latine et de l’Europe célèbreront à Madrid une grande rencontre intitulée « Les ponts des femmes. Propositions du sud pour un changement global » À cette occasion, elles débâteront sur les principaux thèmes qui préoccupent la planète. L’objectif est en effet d’écouter ces femmes afin de les prendre en compte. Pour ce faire, elles élaboreront un document avec des propositions ; document qui sera par la suite présenté à la communauté internationale.

Dans cette section, nous vous présentons certains de ces leaders. Ce sont toutes des femmes qui vont vous impressionner. Nous avons dû faire un choix et nous nous sommes basées sur celles qui seront les coordinatrices des divers groupes de travail. Vous trouverez également la biographie de toutes les participantes sur cette page web.

Avec Ayat Mneina est coordinatrice du group de travail Autonomisation économique, technologique et digitale.


Aujourd’hui, nous vous présentons: OBIAGELI EZEKWESILI

Parler d’OBIAGELI EZEKWESILI n’est pas une tâche aisée puisque nous nous trouvons face à une femme exceptionnelle détentrice d’une longue carrière professionnelle, politique et civique, avec l’éthique et les valeurs comme drapeau.

Elle est experte en économie, travailleuse infatigable, toujours préoccupée par les injustices et la corruption politique et à la tête de nombreuses organisations nationales et internationales. Nous l’avons également vue en première ligne de son pays, le Nigéria, en tant que Ministre des Minéraux, par la suite dans le ministère de l’Éducation et enfin, comme candidate à la présidence du pays aux élections de 2019.

Ezekwesili a été Vice-présidente de la Banque mondiale pour la région d’Afrique à Washington DC entre 2007 et 2012.

Elle est cofondatrice et directrice de Transparence internationale, une organisation dont le siège se trouve en Allemagne et qui lutte contre la corruption. Elle est aussi conseillère économique senior d’Africa Economic Development Policy Initiative (AEDPI), une initiative qui conseille les chefs d’État afin d’élaborer des réformes économiques qui prennent en compte la croissance inclusive.

Elle est la fondatrice et directrice de Human Capital Africa (HCA), qui travaille dans le secteur de l’éducation dans tout le continent. Cette femme a également créé #FixPolitics, une initiative citoyenne axée sur la recherche qui vise à atteindre « un pays dont la politique est inclusive, où la priorité sont les nécessités des citoyens et où les principes démocratiques sont respectés, afin que la bonne gouvernance soit la norme ».

Nous pouvons affirmer qu’Oby est une femme qui croit fermement au besoin de reconcevoir la politique, de créer un nouveau modèle avec des valeurs démocratiques qui garantissent l’égalité d’opportunités dans un cadre d’équité pour les femmes.

Quand Boko Haram a enlevé, en 2014, un total de 300 filles d’une école de Chibok, elle a été une des premières voix à réclamer leur libération. Elle a ainsi été la cofondatrice de la campagne internationale #BringBackOurGirls qui eût une grande répercussion médiatique.

Il n’a pas été facile d’arriver où elle en est dans un pays qui occupe la position 181 sur 193 dans le classement de la représentation féminine, une de plus basses en Afrique. En revanche, probablement dû à de petites avances en matière de genre, il y a des recherches qui montrent que le Nigéria est le pays d’Afrique avec le plus d’organisations féministes. Il ne fait nul doute qu’Oby Ezekwesili est un modèle d’inspiration.

Ses succès ont reçu diverses reconnaissances et les magazines, Time et New York Times, l’ont placée dans les classements de personnes influentes.

Rebeca M. González, traductora en prácticas de la Universidad de Alcalá

#SouthWomenBrindges

Pont des Femmes

Amis de la Fondation