Présentation du FCAT 2017 à Madrid

Nouvelles

Présentation du FCAT 2017 à Madrid

29 mars 2017. La 14ème édition du Festival de cinéma africain - FCAT, dont Fondation Femmes pour l’Afrique sponsorise le prix de la meilleure actrice africaine depuis 2012, se tiendra entre le 28 avril et le 6 mai à Tarifa et entre le 30 avril et le 5 mai à Tanger. Le rendez-vous avec le cinéma africain a été présenté ce matin dans la salle Borau de la Cineteca du Matadero (Madrid) comme « le seul évènement cinématographique qui se tient en duplex en Afrique et en Europe », selon les mots de sa directrice, Mane Cisneros. En outre, le FCAT est le seul festival spécialisé en cinéma africain qui existe dans le monde hispanophone, ce qui fait de lui une porte vers Afrique mais aussi vers l’Europe et l’Amérique latine.

Le FCAT est un festival indépendant, qui mise avant tout sur la qualité de son offre et qui se positionne comme un évènement « sans frontières ». Son critère de sélection se base sur la qualité des propositions et en aucun cas sur la couleur de peau de la personne qui réalise ou qui interprète.

Une importante représentation de la diplomatie du continent africain, par le biais des attachés culturels des ambassades d’Égypte, d’Afrique du Sud, d’Angola et du Maroc a assisté à la présentation madrilène de la 14ème édition du FCAT. Le chef du département de Coopération et de promotion culturelle de l’Agence espagnole de coopération internationale pour le développement (AECID), Jorge Peralta, y a aussi assisté et il a souligné le soutien de cette institution « à la culture africaine et à la puissance du cinéma pour attirer l’attention sur de nombreuses affaires qui ont un rapport avec la coopération espagnole, comme la promotion de l’industrie culturelle et du cinéma dans les pays en développement ». 

La programmation du FCAT présente lors de cette édition 70 titres de films provenant d’Afrique, du monde arabe africain et concernant des sujets africains. 20 de ces nouveaux titres qui seront projetés cette année, aussi bien en compétition que dans des sections parallèles, seront des premières en Espagne. La 14ème édition du festival sera inaugurée avec le film « Félicité » du franco-sénégalais Alain Gomis, Grand prix du jury de la Berlinale 2017 et qui a aussi remporté l’Etalon Yenega (meilleur film) du FESPACO 2017, le principal festival de cinéma du continent africain. À L’occasion de cette édition, le FCAT programmera aussi une rétrospective de l'œuvre de Gomis.

Cette édition se compose de sept sections en compétition auxquelles viennent s’ajouter les sections Hipermetropía et En breve. Ces sections permettront au FCAT de mettre l’accent sur le cinéma tunisien contemporain, qui s’accompagnent d’une sélection de films réalisés par le partenaire du festival au Maroc, la Cinémathèque de Tanger. Une autre importante section nommée AfroScope rassemblera des films dont le critère de sélection à un grand rapport avec les regards croisés, des films africains ou sur l’Afrique, réalisés ou pas par des africains. On trouvera aussi une section consacrée au cinéma et à la musique (África en ritmo) et une autre au cinéma ethnographique nommée Para raro nosotros. Pour finir, cette année introduira une nouvelle section consacrée aux productions andalouses sur des sujets africanistes.

En ce qui concerne les prix qui seront décernés par le FCAT cette année, sa directrice en relève trois: Interprétation féminine africaine, sponsorisé par la Fondation Femmes pour l’Afrique depuis 2012, qui est le seul prix qui existe dans le monde hispanophone reconnaissant le travail des femmes du cinéma d’Afrique face aux caméras ; le Prix de la concorde, voté par le public de Tanger et de Tarifa et probablement le seul prix voté par un public de deux pays et de deux continents dans un même festival ; et le Prix au meilleur film arabe, un nouveau prix soutenu par l’Institut Halal. La présidente en Espagne de la Junta Islámica et directrice de l’Institut Halal, Isabel Romero, a souligné lors de la présentation son engagement « avec la culture qui permet la construction des identités variées et qui déconstruit les discours négatifs ».

La programmation cinématographique est étoffée de nombreuses activités comme trois expositions, un colloque nommé Cinéma et frontière ; le programme Entre líneas, parcours littéraires méditerranéens qui permettront de découvrir les réalités qui bordent la Méditerranée grâce à ses écrivaines ; un Espace école qui se déroulera sur les deux rives du détroit de Gibraltar et auquel participeront plus de 5 000 étudiants et bien d’autres activités qui ne laisseront pas de répit à ceux qui se rendront à Tarifa et à Tanger pour le festival.

Pour finir, dès ses débuts il y a 14 ans, le FCAT a été le témoin de nombreux changements du cinéma africain, du cinéma espagnol sur l’Afrique et du cinéma espagnol, au sein desquels, derrière et devant les caméras, des espagnols afro-descendants ont pris de plus en plus de place, et qui aujourd'hui, plus que jamais, réclament l’égalité et la visibilité. C’est pour cela que le FCAT a décidé de se joindre à l’initiative menée par la plateforme The black view, en créant dès l’année prochaine une nouvelle section consacrée à rendre visible le travail des artistes et cinéastes afro-descendants. Le but est que cette section devienne un des enjeux majeurs du FCAT, soutenue par le collectif espagnol d’afro-descendants.

La comédienne et chanteuse Astrid Jones, qui se félicite pour la création de ce « nouvel écran » pour les afro-descendants espagnols dans le FCAT, a annoncé au nom de The black view que le collectif est à « la recherche » de la reconnaissance de la société espagnole. En outre, elle a dénoncé l’actuelle situation des comédiens et comédiennes afro-descendants « qui se voient offrir des rôles de prostitués, délinquantes, femmes de ménage ou migrantes, sans pouvoir représenter d’autres réalités ». Pour la comédienne « la relation entre l’Espagne et l’Afrique mérite d’être racontée telle qu'elle est dans la vraie vie, sans la chosification des personnes noires ». 

 

Les dernières nouvelles

Amigos FR

Amis de la Fondation

Nous voulons être 1 million