Présentation des Voix Vertes à l’UAM

Nouvelles

Présentation des Voix Vertes à l’UAM

Madrid, lundi 29 février 2016. La présentation des Voix Vertes a eu lieu ce matin à l’Universidad Autónoma de Madrid. Il s’agit d’un projet que la Fondation Mujeres por África développe en collaboration avec cette institution universitaire et avec le soutien de Banco Santander par le biais de Santander Universidades.

Les protagonistes de la rencontre d’aujourd’hui ont été les quinze femmes tanzaniennes ─ cinq paysannes, cinq leaders sociales et cinq journalistes ─ qui vont recevoir une formation intensive et spécialisée pendant la prochaine quinzaine et, parallèlement, partager avec des femmes espagnoles leur expérience et leur savoir face au changement climatique.

Après leur séjour en Espagne, les femmes tanzaniennes retourneront chez elles pour traduire cette expérience dans des initiatives qu’elles développeront dans leurs domaines respectifs avec la collaboration de partenaires locaux. Afin de rendre visible ce travail et de sensibiliser la population, une campagne de communication sur les projets des quinze participantes sera menée à niveau national par les cinq journalistes.

Les intervenants de la rencontre ont été le recteur de l’Université Autónoma de Madrid, José M. Sanz, la présidente de Mujeres por África, María Teresa Fernández de la Vega, le directeur général de Banco Santander et directeur de Santander Universidades, José Antonio Villasante et évidemment les femmes protagonistes du programme. Le président de la Fondation Cultura de Paz, Federico Mayor Zaragoza, et la vice-rectrice de Cooperación y Extensión Universitaria, Margarita Alfaro, y ont participé aussi.

Pendant leurs interventions, les bénéficiaires directes du projet ont remercié l’opportunité qui leur était offerte d’accroître leur connaissance dans le domaine de la lutte contre le changement climatique ; elles se sont engagées à diffuser ce savoir à travers la Tanzanie, et notamment dans le milieu rural, où 85% des femmes se consacrent à l’agriculture. Elles ont déclaré être convaincues que ce projet contribuera à ce que la voix des femmes soit prise en compte pour adopter des décisions visant à mitiger les effets du changement climatique.

De son côté, María Teresa Fernández de la Vega a remercié l’Université Autónoma de Madrid et Santander Universidades pour le soutien inconditionnel que les deux institutions offrent pour ce projet.

De même, la présidente de la Fondation a rappelé que la terre ─ l’environnement naturel ─ est très présente dans l’action de Mujeres por África et que le développement juste, inclusif et durable n’est possible que si nous sommes capables de vivre ensemble en paix et en harmonie avec l’environnement. Dans ce sens, elle a mis en valeur le rôle majeur que jouent les femmes africaines, qu’elle a appelées « les voix de la terre », dans la préservation de l’environnement et le respect de la nature. Ce sont elles ─ a-t-elle ajouté ─ qui, une fois de plus, se réinventent pour aller de l’avant et pourvoir aux besoins quotidiens de leurs communautés. « Si ce sont des femmes qui travaillent la terre, qui s’en occupent ─ même si souvent elles ne peuvent même pas la posséder ─, si ce sont elles qui sont le plus exposées aux risques provenant de ce phénomène, elles doivent être des agents essentielles de la lutte pour lui faire face ».

La présentation de Voix Vertes a compté avec la représentation en direct du chœur de femmes africaines et afro-américaines qui ont interprété la chanson écrite par Luz Casal pour ce projet.

Des solutions pour le changement climatique et ses effets en Tanzanie

Dans les zones rurales de la Tanzanie, 85% des femmes se consacrent à l’agriculture. Ce sont elles qui subissent le plus les effets du changement climatique, mais surtout, ce sont elles, les protagonistes, qui apportent les réponses à ce problème. Le projet Voix Vertes veut les accompagner dans cet effort. Pour cela, en plus des deux semaines de formation et d’expérience proposées, le projet soutiendra les initiatives que les cinq paysannes et les cinq leaders rurales mettront en marche en Tanzanie dans les domaines de l’agriculture, l’eau, les énergies renouvelables ou le traitement des résidus.

La mise en marche de la campagne de communication visant à faire connaître ces projets et à convaincre les citoyens tanzaniens de la nécessité de ce type d’actions revient aux cinq journalistes. On prétend que ces femmes deviennent les porte-parole vertes qui, avec un large soutien social, réussissent à générer une opinion et une prise de conscience à propos des problèmes dérivés du changement climatique et des solutions palliatives à adopter.

Elles participeront toutes, à l’Université Autónoma de Madrid, au programme spécifiquement conçu par l’équipe dirigée par le professeur de la chaire d’Écologie Carlos Montes.

Voix Vertes est le premier projet mis en marche au sein du programme créé par la Fondation Mujeres por África pour la collaboration des universités espagnoles de la CRUE dans des initiatives ayant pour protagonistes les femmes africaines. Il compte avec le soutien de Banco Santander par le biais de Santander Universidades.

Banco Santander est l’entreprise qui investit le plus au monde en soutien à l’éducation (rapport Varkey/UNESCO-Fortune 500). Elle a souscrit à travers Santander Universidades 1.200 accords de collaboration avec des universités et des institutions académiques à travers le monde. En 2015 elle a octroyé plus de 35.000 bourses et allocations pour les études et les stages professionnels.

 

 

Les dernières nouvelles

Amigos FR

Amis de la Fondation

Nous voulons être 1 million