Onze leaders africaines se réunissent à l’Université de Yale pour discuter sur les défis globaux sous le prisme de l’égalité

Nouvelles

Onze leaders africaines se réunissent à l’Université de Yale pour discuter sur les défis globaux sous le prisme de l’égalité

  • La deuxième édition du “Forum pour le Leadership Stratégique” organisé par la Fondation Mujeres por África en collaboration avec l’Université de Yale et avec le soutien de Banco Santander à travers Santander Universidades a débuté.

New Haven, 15 avril 2016. Il y a un an, dix femmes leaders politiques de cinq pays africains inauguraient à Yale un espace de débat pour approfondir la réflexion sur les grands sujets globaux et réfléchir sur le leadership, les améliorations en matière de gouvernance et le besoin de renforcer nos démocraties du point de vue de l’égalité et la participation pleine des femmes.

Demain, l’Université de Yale accueillera la deuxième édition de ce séminaire avec la participation, à cette occasion, d’onze importantes leaders de six pays africains: Éthiopie, Libéria, Sénégal, Tanzanie, Tunisie et Ouganda.

Il s’agit de Shitaye Minale, vice-présidente du Parlement, et Maeza Ashenafi, juge et militante pour les droits des femmes, d’Éthiopie; Julia Duncan Cassell, ministre des affaires de Genre et du Développement, et Gloria Scott, ex-présidente de la Court Suprême et présidente de la Commission pour la Réforme Constitutionnelle, du Libéria; Aminata Touré, ex-première ministre, et Awa Niang, membre de l’Assemblée Nationale du Sénégal; Sophia Wambura, juge du Tribunal Suprême, de Tanzanie; Faouzia Charfi, ex-secrétaire d’État à l’Éducation, et Neila Chaabane, ex-secrétaire d’État à la Condition des Femmes, de Tunisie; et Victoria Sekitoleko, ex-ministre de l’Agriculture, et María Kiwanuka, ex-ministre des Finances, de l’Ouganda.

María Teresa Fernández de la Vega, présidente de la Fondation Mujeres por África et ancienne vice-présidente du Gouvernement de l’Espagne, participera aussi au séminaire en intervenant lors de la séance d’ouverture accompagnée d’Eduardo Garrido, directeur de Santander Universidades aux États-Unis.

Comme l’an dernier, le Forum sera divisé en deux parties: la première se déroulera complètement à Yale, où une équipe de professeurs de cette université dispensera pendant cinq jours un programme de séances qui aborderont des sujets comme l’Économie et la Globalisation, la Gouvernance, la Transparence, le Leadership et la Stratégie, le renforcement de la démocratie et des institutions ainsi que d’autres importants enjeux de notre époque. Cette activité sera dirigée par Elizabeth Bradley, directrice du Global Health Leadership Institute de l’Université de Yale.

Une fois ce programme conclu, les participantes se déplaceront à Washington où elles rencontreront des personnalités importantes de l’espace public américain et international.

Cette initiative de la Fondation Mujeres por África et de l’Université de Yale bénéficie du soutien de Banco Santander, dans le cadre de la collaboration que la banque entretient, par le biais de Santander Universidades, avec les deux institutions depuis plusieurs années.

Banco Santander est la société qui investit le plus au monde dans le soutien à l’éducation (Rapport Varkey/UNESCO-Fortune 500) par le biais de Santander Universidades. Elle compte 1.200 accords de collaboration avec des universités et des institutions d’enseignement dans tout le monde. Plus d’informations: www.santander.com/universidades.

Avec la collaboration de:

       

Communication Université de Yale

Adam Gaber 

(+1) 203 436 5449

adam.gaber@yale.edu

http://www.yale.edu/  

Communication Mujeres por África

Ana Salado

+34 659 90 86 24

ana.salado@mujeresporafrica.es

http://www.mujeresporafrica.es/

Communication Global Santander Universidades 

Ana Núñez - Sonia Pérez - Marta Gallardo - Ignacio Marín

+34 615 90 29 46 | +34 615 90 74 04 | +34 615 371 838 | +34 615 901 256      

 comunicacionsantanderuniversidades@gruposantander.com

 

 

 

 

 

Les dernières nouvelles

Amigos FR

Amis de la Fondation

Nous voulons être 1 million