Le film mauricien “Lonbraz Kann” et le marocain “La Route du Pain” triomphent au Festival du Film Africain.

Nouvelles

Le film mauricien “Lonbraz Kann” et le marocain “La Route du Pain” triomphent au Festival du Film Africain.

  • La comédienne tunisienne Ghalia Benali remporte le Prix d’Interprétation Féminine, parrainé para la Fondation Mujeres por África, pour son rôle dans le film “À peine j’ouvre les yeux”

Tarifa, Cadix, 3 juin 2016. Le film mauricien “Lonbranz Kann”, et le film marocain “La Route du Pain” ont triomphé au Festival du Cinéma Africain FCAT, qui, pour la première fois, s’est déroulé pendant neuf jours dans les deux rives du Détroit de Gibraltar, à Tarifa (Espagne) et à Tanger (Maroc). D’autre part, le film sud-africain “The Endless River” a remporté le Prix du Public, le Prix des Deux Rives, décerné par les spectateurs des deux villes.

Le prix Griot de Tarifa du Meilleur Long-métrage de Fiction, parrainé par les entreprises locales, a été décerné au réalisateur mauricien David Constantin lors d’un gala animée par Concha Ortiz et la comédienne Lluvia Rojo au Théâtre Alameda de Tarifa. La production du film “Lonbraz Kann” (“À l’ombre de la canne à sucre”, République de Maurice / France / Mozambique / la Réunion, 2014) s’est déroulée pendant huit ans.

Le film, deuxième film de fiction produit dans toute l’histoire de l’Île Maurice, raconte la crise que déchaîne parmi les salariés la fermeture d’une industrie sucrière pour permettre la construction d’une zone résidentielle de luxe et d’un terrain de golf. Les salariés assistent impuissants à la métamorphose de leur monde; ils uniront leurs forces face à la débâcle.

David Constantin a réalisé plusieurs courts-métrages et documentaires récompensés par des festivals internationaux. Il participe activement à de nombreuses actions de formation et diffusion du cinéma produit dans la zone de l’Océan Indien. Le conseiller de Tourisme de Tarifa, Sebastián Galindo, a été désigné pour lui remettre le prix.

L’actrice, chanteuse et artiste plastique d’origine tunisienne Ghalia Benali a remporté le Prix d’Interprétation Féminine, parrainé par la Fondation Mujeres por África, pour son rôle dans le film “À peine j’ouvre les yeux” (Tunisie / France / Belgique, 2015). La comédienne espagnole LLuvia Roja lui a remis le prix.

D’autre part, “La Route du Pain” (Maroc / France / Belgique, 2015), du réalisateur marocain Hisham Elladdaqi, a remporté le Prix de la Concorde au Meilleur Documentaire, parrainé par l’Hotel The Riad de Tarifa. Dans ce film, le réalisateur montre la réalité des habitants d’un quartier populaire de Marrakech qui est touché par l’essor de l’industrie touristique qui est la base de la croissance économique de la ville.

Il s’agit du premier long-métrage documentaire d’Elladdaqi, qui a participé avec son premier court-métrage « Certains pieds ne savent pas danser » à plusieurs festivals internationaux. Le directeur de l’Hôtel The Riad, Pedro González, lui a remis le prix.

Prix des Deux Rives

Les spectateurs des deux sièges du festival, Tarifa et Tanger, ont voté pour choisir le Prix du public, le Prix des Deux Rives, qui a été décerné au long-métrage sud-africain « The Endless River », d’Oliver Hermanus (Afrique du Sud / France, 2015). Les maires de Tanger (Maroc), Mohamed Bachir Abdellaoui, et de Tarifa (Espagne), Francisco Ruiz Giráldez, ont remis ensemble le prix.

Dans son troisième long-métrage, Hermanus raconte une histoire d’amour dans l’Afrique du Sud de l’après-apartheid, marquée par la colère, la douleur et la solitude. Hermanus, un des réalisateurs les plus reconnus de la scène africaine, a dirigé plusieurs courts-métrages, des documentaires et trois longs-métrages qui ont tous été présentés lors de festivals internationaux.

Le jury a accordé une mention spéciale à « Fi Rassi Rond-point » (Algérie / France / Liban / Qatar, 2015). Les conditions de travail et sociales des salariés sont au centre de ce film qui dresse le portrait de la vie dans le plus important abattoir de la ville d’Alger.

Le film, réalisé par Hassen Ferhani, a reçu de nombreux prix: du Festival International de Cinéma d’Amiens et du Festival International du Documentaire FID de Marseille, tous deux en France ; du Festival International du Documentaire d’Amsterdam (Pays Bas) et du Festival International de Cinéma de Turin (Italie).

Le Jury Jeune a accordé le Prix du Meilleur Court-métrage de la section « Brièvement » au film algérien « Un Métier Bien » (France / Algérie, 2015), de Farid Bentoumi car il ouvre le débat sur la nature de l’islam et du conflit djihadiste d’une façon polyédrique, sans paternalisme idéologique, avec des images très puissantes qui perdurent dans la mémoire grâce à une photographie, une technique et des interprétations de qualité exceptionnelle. Le prix a été remis par le directeur de la société Emalgesa (Aqualia), Manuel Ruiz, qui a parrainé cette distinction.

Le gala de clôture s’est terminé par un concert interprété par soixante enfants de l’école de musique de Tarifa qui ont joué les Berceuses du Baobab de la tradition musicale africaine.

Le jury de cette édition du FCAT Tarifa – Tanger était composé par la chargée de coopération culturelle et d’éducation pour le Sud de l’Espagne du Consulat de France à Séville, Annouchka de Andrade ; par le journaliste marocain Reda Benjelloun, spécialiste du cinéma documentaire ; et par le professeur Javier Mohedano, qui a soutenu le FCAT depuis sa création. Le Jury Jeune a compté avec la participation de José Alberto Cárdenas García, María Inés Serrano Ojeda, Luis Afonso Sena Serrano et Juan Antonio Navarro Cádiz, tous passionnés de cinéma et du monde de l’image.

Festival intercontinental

À l’occasion de son retour à Tarifa, la treizième édition du Festival de Cinéma Africain FCAT est devenue un rendez-vous intercontinental qui a tendu un pont cinématographique des deux côtés du Détroit de Gibraltar, entre Tarifa et Tanger, depuis le 26 mai. 76 films ont été projetés, dont 43 étaient une première pour l’Espagne, originaires de 26 pays, dont 17 africains, parmi lesquels certains ont connu une forte présence: le Maroc, avec 11 films; l’Algérie et l’Egypte, avec 5 films; ou l’Afrique du Sud et la Tunisie, avec 4 films.

Ces films ont été projetés dans le cadre des deux sections de compétition (“Hypermétropie” et “Brièvement”, et de cinq sections hors concours: “AfroScope”, “Si Tanger m’était contée”, “l’Afrique au Rythme”, “Étroitement” et “Nous, les bizarres”. Les films lauréats seront projetés demain, samedi, au Teatro Alameda et dans la Casa de la Cultura.

Le FCAT est soutenu par les mairies de Tarifa et de Tanger, la Région de Cadix, la Wilaya de la Région Tanger-Tetuán-Alhucemas, l’APDN (Agence pour le Développement de la Région Nord du Maroc), le CCME (Conseil de la Communauté de Marocains à l’Étranger). De même, l’institution Cooperación Española et Aqualia sont les principaux parrains du FCAT.

Les organismes suivants se sont unis à cette initiative: la Chaabi Bank España et la Fondation Chaabi Bank, la Fondation Tres Culturas del Mediterráneo et la Casa Árabe, ainsi que l’Instituto Halal, la Fondation Mujeres por África, l’Institut Europeu de la Mediterrània (IEMed) et le programme de formation ACERCA-FIIAPP, entre autres. 

 

Les dernières nouvelles

Amigos FR

Amis de la Fondation

Nous voulons être 1 million