Écoutez les femmes du Sud


À l’heure où le monde entier retient son souffle face aux énormes défis qui nous attendent, nous avons besoin de changements radicaux dans l’ordre mondial. Ces changements nous font évoluer vers de nouveaux modes d’exercice du pouvoir et nous permettent d’approfondir la dynamique démocratique. Ils nous conduisent également vers des formes de gouvernance nouvelles et plus justes, et vers un monde centré sur la reconnaissance de la dignité humaine et de l’égalité entre tous les individus.

C’est dans cet objectif que la Fondation Mujeres por África a proposé une nouvelle fois de regarder et d’écouter les femmes du Sud. Les 19 et 20 mai, nous avons organisé la conférence internationale « Les ponts des femmes. Propositions depuis le Sud pour un changement global », qui a réuni plus de quatre-vingts leaders politiques. La majorité de ces leaders venait d’Afrique bien qu’elles aient été accompagnées d’un groupe de femmes latino-américaines.

Nous savons que les femmes représentent le plus grand espoir du monde de changer et de surmonter la détérioration démocratique et l’agitation citoyenne que nous subissons. Néanmoins, pour que cette promesse devienne réalité, il est nécessaire que les femmes occupent des postes à responsabilité maximale, ce à quoi cette Fondation travaille depuis sa naissance, il y a dix ans.

Au cours de ces dix dernières années, nous avons lutté ensemble en faveur du développement, de l’égalité et de la liberté, en donnant toujours plus de pouvoir aux femmes, par leur main, des paysannes aux médecins, des villages aux palais présidentiels. En effet, dans tous les lieux et toutes les professions, il y a des femmes qui dirigent, qui luttent, qui font avancer les familles, les récoltes et les politiques.

De plus, à l’occasion de notre dixième anniversaire, Mujeres por África continue de construire des ponts, ceux des femmes du Sud, comme pont de rencontre, d’échange, de communication entre trois continents : Afrique, Europe et Amérique latine. Cela a pour but d’unir ce qui semble antagoniste, d’établir des réseaux d’échange d’idées, d’atteindre de nouveaux sommets et d’explorer l’inexploré. Nous, les femmes, sommes des ponts entre les générations, des piliers pour construire la paix, l’égalité, le progrès, l’éducation et de nouveaux modes de relation avec la planète.

Nous avons organisé ce sommet étant donné que les femmes africaines, espagnoles et latino-américaines sont les piliers sur lesquels nous pouvons construire cet avenir. Leurs idées et leur travail créent les ponts qui nous permettront de surmonter les grands défis du monde contemporain, d’unir ce qui semblait impossible, d’atteindre de nouveaux sommets, d’être plus proches.

Les conclusions auxquelles nous sommes parvenues, la déclaration à laquelle nous souscrivons toutes, peuvent être consultées sur ce site. S’il vous plaît, lisez-les, écoutez les femmes du Sud. Chez Mujeres por África, c’est ce que nous faisons depuis dix ans.

María Teresa Fernández de la Vega

 

Amis de la Fondation